Quatre lauréats, multiples disciplines

Les gagnants 2016 des prix en arts et... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Les gagnants 2016 des prix en arts et culture de l'Estrie, lesquels ont été remis lundi par le Conseil de la culture de l'Estrie (CCE), sur le thème Les fruits bien défendus : Érika Tremblay-Roy (Prix de l'oeuvre de l'année en Estrie), Johanne Côté (Prix Relève), Angèle Séguin et Kristelle Holiday du Théâtre des petites lanternes (Prix développement culturel) et David Goudreault (Prix Excellence culture Estrie).

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) Le théâtre, les arts visuels et les foisonnantes activités de David Goudreault sont les grands lauréats de la septième remise des prix en arts et culture de l'Estrie, laquelle avait lieu lundi soir au Boquébière de Sherbrooke.

Autant ce sont des artisans des mots qui avaient tenu le haut du pavé l'an dernier, autant les quatre gagnants de cette année sont d'une plaisante variété, avec la créatrice en arts visuels Johanne Côté (Prix Relève), le Théâtre des Petites lanternes (Prix Développement culturel), le slameur, romancier, poète et alouette! David Goudreault (Prix Excellente Culture Estrie) et l'auteure de théâtre et directrice artistique du Petit Théâtre de Sherbrooke Érika Tremblay-Roy.

Cette dernière, qui remporte le Prix du CALQ - OEuvre de l'année en Estrie ainsi qu'une bourse de 5000 $, a vraiment été surprise de recevoir ce prix récompensant sa pièce de théâtre Lettre pour Éléna, destinée aux jeunes enfants et abordant le thème difficile de la mort. Le spectacle a été coproduit avec une compagnie de danse française, La Parenthèse. La première a d'ailleurs eu lieu à Marseille en mai 2015.

« Nous venons justement de donner la 57e représentation aujourd'hui ici », dit-elle, heureuse qu'une oeuvre jeunesse ait ainsi attiré l'attention du jury, soulignant que le prochain spectacle du Petit Théâtre de Sherbrooke est déjà en préparation. « Lettre pour Éléna était un show de filles, mais nous préparons maintenant notre show de gars! »

Équilibre parfait

David Goudreault était particulièrement touché de recevoir le Prix Excellence culture Estrie, un nouveau prix créé cette année par le Conseil de la culture de l'Estrie, par le truchement d'une campagne de sociofinancement. Celle-ci se termine d'ailleurs à la fin de la semaine et la bourse, qui atteint maintenant les 4300 $, pourrait donc encore augmenter.

L'écrivain, slameur, poète et animateur a d'ailleurs voulu se faire rassurant par rapport à ce prix voulant notamment encourager un artiste à développer sa carrière tout en restant en région. « L'Estrie, pour moi, c'est l'équilibre parfait entre une vie culturelle riche et la qualité de vie. Mon troisième roman est en train de naître ici, et mon deuxième enfant naîtra aussi ici. »

Dans ses remerciements, le lauréat a aussi souligné le travail des médias régionaux pour leur soutien, notamment lors de la Nuit de la poésie de Saint-Venant l'été dernier, qu'il a en grande partie organisée. « Zéro couverture nationale, mais nous avons quand même réussi à avoir une église qui débordait de monde grâce au travail des médias d'ici. »

Si le Théâtre des petites lanternes a mis la main sur le prix Développement culturel (500 $), c'est pour sa pièce Comme un grand trou dans le ventre, présentée l'an dernier à Lac-Mégantic et inspirée par le tragique événement du 6 juillet 2013. La directrice artistique Angèle Séguin a d'ailleurs souligné l'importance de la région dans son travail de création, le TPL s'inspirant d'abord et avant tout de la communauté qui l'entoure.

« Sans vous, on n'est rien. Si vous ne nous inspirez pas, rien ne nous guide dans notre travail. Merci à la MRC du Granit de croire que les arts et la culture peuvent changer le monde. »

Un bingo avec Sylvie

Finalement, Johanne Côté, qui travaille surtout à partir du textile, a reçu le prix Relève (500 $) pour son projet Regard féminin, qui alliait deux expositions en solo, Mémoire enrubannée et Mémoire féminine, ainsi qu'un projet issu d'une résidence d'artiste, Raccommodage féminin.

Les personnes intéressées à participer à la campagne de sociofinancement ont donc jusqu'au 18 novembre pour contribuer, en se rendant sur le site excellence.cultureestrie.ca. Une contrepartie de dernière minute vient d'ailleurs de s'ajouter, soit une partie de bingo en compagnie de la présidente du CCE, Sylvie L. Bergeron.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer