• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Drummondville dans la mire de Jean Lauzon 

Drummondville dans la mire de Jean Lauzon

Jean Lauzon vient de lancer son troisième recueil... (Fournie)

Agrandir

Jean Lauzon vient de lancer son troisième recueil de photographies sur Drummondville.

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Le photographe Jean Lauzon vient tout juste de lancer Cantonville Sortie 2015, un album photo de 108 pages dressant un portrait de Drummondville à travers sa lentille. Il s'agit pour lui d'une troisième oeuvre du genre.

« Il n'y a ici aucune prétention à l'exhaustivité, juste un compte rendu de mes pérégrinations photographiques volages, surtout au centre-ville et aussi dans les quartiers Sainte-Thérèse et Saint-Jean-Baptiste, là où je circule le plus souvent. Une multiplication de clins d'oeil à travers lesquels je salue Drummondville, là où il y a des gens, du vrai monde comme on dit parfois, des paysages urbains non maquillés; bref, pas seulement des statistiques, mais ce qui fait que Cantonville est ce qu'elle est, surréaliste et un brin poétique à ses heures », décrit-il.

Cette oeuvre à la démarche intuitive est publiée 40 ans après Transcanadienne Sortie 109, un collectif que M. Lauzon a cosigné et qui a récolté nombre d'éloges. « On a dit qu'il était l'un des cinq livres mythiques de photographie d'avant les années 1980 publiés au Québec », précise-t-il.

En 1987, Jean Lauzon a lancé Drummondvillois, un livre qui est à peu près passé inaperçu à l'époque, mais qui a été redécouvert récemment pour apparaître partiellement dans la collection de photographies du Musée des beaux-arts de Montréal.

« Transcanadienne Sortie 109 avait un plan de travail que nous avions axé sur les aspects économique, culturel, social et sportif de Drummondville, alors que Drummondvillois présentait davantage un point de vue orienté vers certains signes affichés dans le paysage drummondvillois, une approche tournée vers une sorte d'iconographie urbaine. Cantonville Sortie 2015 relève davantage de l'intuition, qui montre et désigne ici photographiquement ce qui fait le quotidien de tout un chacun. Rien d'officiel donc, mais d'autant plus authentique parce que non filtré par un quelconque service de communications, de relations publiques ou de propagande », statue-t-il.

Pourquoi Cantonville? C'est le nom qu'a donné l'auteur Everett C. Hughes à Drummondville dans l'ouvrage Rencontre de deux mondes publié en 1945. Pour ce qui est de Sortie 2015, il fait référence au collectif Sortie 109, ainsi qu'au bicentenaire de la municipalité, célébré justement en 2015.

Cette oeuvre photographique a été rendue possible grâce au Fonds culturel de la MRC de Drummond, qui a contribué au financement de sa production. Elle est assortie d'une introduction d'Yves Boisvert, ce poète drummondvillois qui a rendu l'âme en 2012.

« Il l'avait écrite pour une autre de mes oeuvres, mais elle avait été retirée pour toutes sortes de raisons. J'ai décidé qu'il était temps de la remettre. Elle donne une saveur historique au contenu photographique. »

Vous voulez regarder ?

Jean Lauzon

Cantonville Sortie 2015

Photographie

Préfi

108 pages

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer