• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Sam Roberts : planète rock et esprit de famille 

Sam Roberts : planète rock et esprit de famille

Le Sam Roberts Band sera au Granada le 2... (Archives, La Presse)

Agrandir

Le Sam Roberts Band sera au Granada le 2 novembre prochain.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) Petite causette d'après-midi avec Sam Roberts. On s'attend à jaser musique et tournée tous azimuts avec l'enfant chéri du rock canadien. Mais voilà que non. La conversation glisse vite vers la vie de famille. Avec le naturel d'un riff de guitare.

C'est à cause du titre de sa sixième galette. Terraform, c'est intrigant. Ce n'est pas un mot qu'on emploie ni qu'on entend si fréquemment.

« En terme scientifique, ça évoque cette idée d'aller sur une autre planète et d'y créer les conditions pour qu'elle soit habitable pour les êtres humains. Dans l'esprit du disque, Terraform, ça suggère une façon de s'assurer d'avoir une vie toujours belle. Ça signifie cette capacité de construire, de réimaginer sa vie même si tout semble brisé. On ne cherchait pas un grand thème universel lorsqu'on a fait le disque, mais en écoutant les chansons, on a réalisé qu'elles transportaient toutes un espoir. Elles parlaient d'amour, de différentes façons », explique le musicien montréalais.

Sa vie à lui a la famille comme épicentre. Avec trois enfants à la maison, il partage ses fins de semaine entre les cours de ballet, de natation et de musique, les barbecues sur la terrasse et le gazon à couper. Entre autres choses.

« Tout ça, ça ne ressemble pas vraiment à ce qu'on trouve dans le manuel du rock'n roll!, dit-il en riant. Mais la famille, c'est le coeur de mon univers. Ma femme et moi, nous avons a décidé que les enfants seraient la priorité. Au jour le jour, c'est rempli de moments de grande joie, mais il y a aussi des passages plus difficiles, parce que ça n'arrête jamais. La vie de tournée, en comparaison, est incroyablement relax et reposante. »

Nouvel éclat de rire dans le combiné.

« The House Inside, c'est une chanson du disque qui est chère à mon coeur parce qu'elle parle de tout ça. Elle évoque la beauté et la grandeur du couple et de la famille dans la vie quotidienne. Il y a du bonheur là-dedans. Il y a des frictions également. À travers tous ces moments partagés, on se tient la main. On reste toujours là l'un pour l'autre. C'est ce qui est magnifique. »

Une tournée lancée à Sherbrooke

Magnifique, aussi, est le début de chaque tournée. Le premier spectacle est toujours un plongeon attendu. Et c'est à Sherbrooke que le groupe se lance à l'eau avec ses nouvelles chansons, le 2 novembre.

« Pour nous, les premières semaines pendant lesquelles on promène un nouveau spectacle sont toujours un peu magiques, parce qu'on amorce quelque chose. On ne sait jamais tout à fait comment ça va se passer. Ça donne des moments spontanés et inattendus. Cette part d'imprévisible, on l'aime. »

« On », c'est le groupe. Le Sam Roberts Band. Cinq musiciens qui se connaissent depuis l'école secondaire.

« On a passé la majeure partie de nos vies ensemble. On a une histoire partagée, des ambitions communes. »

À la clé, il y a aussi la liberté créative.

« C'est l'essence du groupe, je dirais. Sur ce nouveau disque, on s'est permis d'aller vers du rock plus ambiant. On s'est gardé les portes ouvertes pour explorer de nouvelles structures mélodiques. Depuis nos débuts, on a toujours choisi de suivre cette liberté créative. À n'importe quel prix. On a ce feu qui brûle, on veut aller vers ce qui nous inspire. On pense toujours au futur. On veut bâtir pour ce futur. »

En musique, mais aussi dans la vie en général. Sam Roberts s'est associé, par exemple, avec l'organisme Plus1. Lors de ses spectacles au Théâtre Corona de Montréal, en décembre dernier, pour chaque billet vendu, un dollar était versé à l'organisme War Child, qui vient en aide aux enfants touchés par la guerre.

Fasciné par le futur

« Il y a plusieurs façons de donner un coup de main, dans la vie. Moi, j'ai la chance de jouer de la musique devant des gens. M'associer à un organisme comme War Child, c'est une façon de faire ma part, de mettre en lumière une injustice, de prêcher par l'exemple aussi. Pour construire un monde meilleur, on peut tous faire quelque chose. Il s'agit de trouver ce que nous, nous pouvons faire. C'est une responsabilité collective. »

Le futur est objet de fascination pour l'auteur-compositeur-interprète, lauréat de plusieurs prix Juno (entre autres Artiste de l'année et Album de l'année en 2004, pour son premier opus We Were Born in a Flame).

« Je réalise qu'il y a plusieurs allusions à l'espace sur les pochettes de mes derniers albums. Je n'ai pas fait exprès, mais c'est vrai que je suis fasciné par la science-fiction et la fantasy, en littérature comme au cinéma. Probablement parce que c'est un filon qui permet d'envisager différents futurs. »

Curieusement, évoquer les futurs possibles ramène la discussion à la famille. Noyau de tout. Avec qui Sam Roberts partage son intérêt pour le fantastique.

« Depuis cinq ans, on a ce rituel : je lis les romans de Harry Potter à mes enfants. Chaque soir, on file cinq pages. Il me reste deux livres, mais ce sont les plus épais! »

Entre la tournée qui s'amorce, les cours de ballet, de natation et de musique, il risque donc d'y avoir pas mal d'intermèdes littéraires, chez les Roberts.

Violon d'or

Sam Roberts joue du violon depuis 37 ans. Encore maintenant, il suit des cours avec celui qui, le premier, lui a enseigné les rudiments de l'instrument alors qu'il était tout jeune enfant.

« C'est un maître du violon, un professeur qui a une grande importance dans ma vie. Il donne d'ailleurs des cours à mes enfants, maintenant. La musique classique est un indispensable pour moi. C'est le coeur de mon esprit musical. Le violon m'est donc un instrument essentiel. J'en joue toujours, mais pas pour le public. Ça se passe dans mon sous-sol! »

Vous voulez y aller ?

Sam Roberts Band

Mercredi 2 novembre, 20 h

Théâre Granada

Entrée : 36 $

Vous voulez écouter ?

Terraform

Sam Roberts

Rock

Universal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer