• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Un jeune acteur de Windsor participe au tournage de Pieds nus dans l'aube 

Un jeune acteur de Windsor participe au tournage de Pieds nus dans l'aube

Tristan Goyette-Plante, jeune acteur de Windsor, vit sa... (La Tribune, Vincent Lambert)

Agrandir

Tristan Goyette-Plante, jeune acteur de Windsor, vit sa première expérience de cinéma avec le tournage du film Pieds nus dans l'aube.

La Tribune, Vincent Lambert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vincent Lambert
La Tribune

(Drummondville) Un jeune acteur de Windsor, Tristan Goyette-Plante, participe au tournage du film de Francis Leclerc Pieds nus dans l'aube. Pour l'adolescent, qui a toujours été intéressé par le cinéma, c'est en quelque sorte la réalisation d'un rêve.

« J'ai toujours voulu faire ça, et mes amis le savaient. Une de mes amies a vu une annonce sur l'internet, parce que Francis Leclerc a fait un appel à tous pour trouver de jeunes acteurs. J'ai donc envoyé une vidéo et, quatre ou cinq mois plus tard, j'ai reçu un appel. J'ai passé l'audition et l'aventure a commencé », explique avec enthousiasme le jeune acteur en cinquième secondaire.

Tristan Goyette-Plante a quand même un certain bagage en théâtre. Il a toujours aimé faire rire les gens, et les planches étaient pour lui une façon d'y arriver.

Pieds nus dans l'aube porte sur le dernier été de Félix Leclerc à La Tuque avant qu'il plie bagage et quitte sa famille pour étudier à Ottawa. Plusieurs scènes du film ont été tournées au Village québécois d'antan de Drummondville. Tristan a décroché le rôle de Jean-Marie, le grand frère de Félix Leclerc.

« Jean-Marie est un gars qui aime bien travailler le bois avec son père. Il n'est pas très démonstratif, il est assez gris, mais quand il a une émotion, ça y va », fait valoir le jeune homme.

« C'est un personnage qui me ressemble dans sa façon de travailler avec son père. Je suis aussi habitué d'avoir un petit frère et de souvent le reprendre », explique-t-il. « Mais notre différence de caractère est assez grande. Jean-Marie est un peu froid. Il est fidèle à son père, c'est un gars de fierté. Je cache moins mes émotions que lui », ajoute-t-il.

Une expérience fort appréciée

Ce que Tristan Goyette-Plante apprécie particulièrement de son expérience de tournage, c'est sa collaboration avec le réalisateur Francis Leclerc. « J'avais déjà passé des auditions avant, mais le monde était froid et il ne nous regardait pas. Francis est toujours souriant et fait des blagues. Quand le réalisateur est stressé, toute l'équipe l'est. Francis est lousse, donc tout est lousse. Je me sens à l'aise et je n'ai pas l'impression de travailler. »

Tristan Goyette-Plante ne sait pas ce qui l'attend après le tournage du film. Pour lui, il s'agit d'un tremplin. Le jeune Windsorois pense tout de même aller étudier en jeu au conservatoire de Québec. Évidemment, il aimerait percer dans le cinéma, mais il sait très bien que ce n'est pas toujours « un conte de fées ».

« Selon Francis et Anton [le producteur Antonello Cozzolino], je suis quelqu'un qui s'adapte vite. Je suis flexible. C'est une qualité à avoir. Au cinéma, si tu n'es pas flexible, tu fais perdre du temps à tout le monde. J'ai également une bonne capacité de mémorisation », souligne-t-il.

Même si Tristan Goyette-Plante a déjà un pied dans la porte du cinéma, il veut continuer d'améliorer son jeu : « On n'est jamais assez bon. C'est au moment que tu te dis que tu es bon que tu arrêtes de t'améliorer. C'est bon aussi de connaître la mise en scène et l'histoire du théâtre, car ça aide pour l'imagination. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer