Le regard qui fait tout basculer

Jason Roy lance son deuxième recueil de nouvelles,... (Photo La Tribune, Eve Bonin)

Agrandir

Jason Roy lance son deuxième recueil de nouvelles, Nos regards traitres, dimanche à la Maison Bleue du Domaine Howard.

Photo La Tribune, Eve Bonin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ève Bonin
La Tribune

Le regard est omniprésent dans le deuxième recueil de nouvelles de Jason Roy, Nos regards traitres. Inquiétant, inquisiteur, révélateur, il habite un univers fantastique longuement exploré par l'auteur établi à Waterville. N'espérez pas y croiser de chevaliers combattant un dragon...

« Je m'approche du fantastique, mais le fantastique tel que connu dans sa définition officielle, très travaillé au XIXe siècle », explique l'auteur épris des écrits de Théophile Gauthier, Edgar Allan Poe et Henry James, entre autres.

« On se demande toujours si ce qui est en train de se passer est réel ou si ce n'est pas le fruit de l'imagination du personnage. C'est souvent à la fin ou à la dernière phrase qu'on a la réponse, à moins qu'on reste dans le doute. C'est ce que j'ai essayé de ramener, à l'époque actuelle. »

Cinq nouvelles de Nos regards traitres ont été travaillées dans le cadre de sa maîtrise en études littéraires et ont nourri la démarche d'écriture du recueil. « Mon objectif était de travailler les motifs littéraires. Est-ce que les motifs du fantastique canonique classique sont récupérés de nos jours et est-ce qu'on les utilise de la même façon? Ça m'a permis de m'amuser à placer des motifs, par exemple le regard, ou plus précisément le mauvais oeil. »

« Je travaille dans la partie sombre du regard, celle qui agit sur les gens et sur l'intrigue et qui fait qu'on pensait s'en aller dans une direction et qu'on bifurque, qu'une situation normale bascule dans l'anormal. »

Après avoir publié le roman L'alliance et un premier recueil de nouvelles, Le temps qui passe, Jason Roy dit aimer cette dernière forme littéraire pour plusieurs raisons.

« D'un point de vue pragmatique, c'est plus facile de suivre la création littéraire au Québec avec la nouvelle. Beaucoup de revues littéraires font des appels de textes. Ça te permet de rester vivant et présent comme auteur. Tandis que, quand tu écris un roman, tu "disparais" un certain temps », confie l'auteur qui a travaillé 10 ans sur son premier roman.

À la veille de lancer Nos regards traitres, il n'écarte pas l'idée d'écrire un deuxième tome. « Je m'aperçois que mes derniers textes restent très près de ça. Quand ça fait plus de deux ans que tu travailles dans une approche et dans une certaine direction, c'est dur d'en sortir! »

Le lancement du recueil aura lieu dimanche, avec la participation de l'illustratrice Gabrielle Grimard, qui créera une oeuvre en direct au son de la musique du violoniste Charles Van Goidtsenhoven.

Maison d'édition JR

Nos regards traitres est le troisième ouvrage que Jason Roy publie à titre d'éditeur. Avec sa jeune maison d'édition JR, il souhaite répondre à une lacune.

« À travers les années j'ai rencontré beaucoup de gens qui ont du talent. Mais j'ai aussi rencontré beaucoup de gens qui ont vécu la déception de l'édition. C'est très difficile de se faire publier au Québec. Je me suis donné une petite mission : garder le contact avec ces gens. J'ai le projet de non seulement me publier moi-même, mais de publier aussi les belles plumes que j'ai rencontrées. »

En adoptant une nouvelle approche de distribution, il compte offrir de meilleurs retours sur les ventes aux auteurs. Il travaille présentement avec un groupe d'auteurs pour éditer un ouvrage collectif qui devrait paraître au printemps.

Vous voulez y aller?

Lancement de Nos regards traitres

Dimanche 16 octobre, 14 h

Maison Bleue du Domaine Howard

Entrée gratuite

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer