Comme au 5 à 7 avec Les Grandes Crues

Ève Côté et Marie-Lyne Joncas forment le duo... (Photo fournie)

Agrandir

Ève Côté et Marie-Lyne Joncas forment le duo Les Grandes Crues.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ève Bonin
La Tribune

(Coaticook) Ève Côté et Marie-Lyne Joncas rient un peu de tout, et un peu de tout les fait rire.

« Je suis capable de rire du pathétique comme des choses graves », dit Marie-Lyne. « Je pense qu'il faut savoir rire de tout. Mais ce qui me fait vraiment rire, c'est Ève Côté. »

Sa consoeur de la cuvée 2014 de l'École nationale de l'humour lui retourne le compliment. « C'est sûr que Marie-Lyne est capable de venir me chercher un gros rire gras. Sinon, j'ai des personnages assez colorés dans mon entourage et ça m'inspire beaucoup. La maladresse aussi, les gens un peu gauches. Le burlesque me fait rire. »

L'adjectif revient d'ailleurs souvent quand on parle de leur duo Les Grandes Crues. « C'est sûr qu'on ne déboule pas un escalier, mais c'est du burlesque », précise Ève Côté.

Marie-Lyne Joncas explique les origines du duo. « On a exploré beaucoup à l'École nationale de l'humour, Ève et moi, et une fois qu'on s'est retrouvées à deux, on a bien compris que ce qui marche, c'est quand on est nous-mêmes, en 5 à 7 avec un verre de vin et qu'on raconte un peu n'importe quoi. C'est ça, l'essence des Grandes Crues. C'est la chose la plus proche de nous. Y a pas de personnage, c'est nos opinions et c'est ce qu'on est réellement. »

Janine Sutto

C'est pourtant après leur passage à l'école, et un peu par hasard que les deux humoristes ont choisi de partager la scène. Invitée à se produire en spectacle d'une heure à Sainte-Anne-des-Monts, Ève Côté a appelé Marie-Lyne Joncas à la rescousse pour compléter son matériel avec une prestation en solo.

« On a décidé de faire une intro en duo et en commençant à écrire, ça a déboulé. On s'est retrouvées avec 40 minutes en duo et chacune 10 minutes en solo. »

Leur spectacle Su' l gros vin les situe dans une ambiance 5 à 7 qui sied particulièrement bien aux petites salles. « Dans une salle de type cabaret, on est vraiment dans le même esprit que le public. »

« On va chercher vraiment toutes les générations en parlant de nos problèmes à nous, des problèmes de la société en général, de ce qui est le fun et moins le fun », conclut Marie-Lyne Joncas. « Et à travers ça, il y a des gags et on parle de Janine Sutto. »

Vous voulez voir ?

Les Grandes Crues

Samedi 8 octobre, 20 h

Pavillon des arts de Coaticook

Entrée : 24 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer