Amour, luzerne et yeux bleus

Invitée à participer au recueil de nouvelles Aimer,... (Photo fournie)

Agrandir

Invitée à participer au recueil de nouvelles Aimer, encore et toujours, Danielle Goyette a d'abord été séduite par la couleur donnée à l'ouvrage.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ève Bonin
La Tribune

(Compton) Invitée à participer au recueil de nouvelles Aimer, encore et toujours, Danielle Goyette a d'abord été séduite par la couleur donnée à l'ouvrage.

« Enfin, parler d'amour avec une approche différente! » dit-elle au sujet de la consigne de l'amour mûr donnée aux auteurs. « On retombe amoureux à 80 ans de la même manière qu'on tombe amoureux à 15 ans, parce que c'est tellement fou. Le coeur bat comme si on était des ados. »

Touchée par la proposition, Danielle Goyette soupçonne que son populaire roman d'amour Caramel mou a attiré l'attention des éditeurs. Sa nouvelle, L'amour au temps du granola, présente d'ailleurs quelques similarités.

« J'ai eu envie d'aller dans le même ton que Caramel mou. Mes histoires les plus sautées se sont passées pendant ma vingtaine, à l'époque du peace and love. Cette époque me nourrit beaucoup. »

Comme pour Caramel mou, Danielle Goyette s'est amusée à insérer une touche fantastique. On n'en dira pas plus, pour laisser aux lecteurs le plaisir de découvrir cette histoire de luzerne et de yeux bleus... « C'est juste parti de mes mauzusses de germinations de luzerne qui ne fonctionnaient pas. »

Les yeux bleus lui ont été inspirés, quant à eux, par quelques hommes de son entourage, dont son amour des 26 dernières années, l'auteur Benoit Bouthillette.

Ravie de pouvoir écrire sur un amour heureux, Danielle Goyette ne trouve pas l'exercice plus ardu qu'avec une histoire malheureuse.

« Beaucoup de gens disent écrire dans la tristesse, dans la tourmente.

Moi, j'écris dans le bonheur. Je ne ferais que ça si la vie me le permettait. »

Celle qui travaille également comme journaliste apprécie la liberté de l'écriture de fiction. « Quand je fais mon métier de journaliste, je suis une route à 50 km/h et je ne peux pas dépasser

les lignes. Quand on me propose d'écrire une fiction, je pars en courant dans un champ de marguerites. »

À part de ça?

Récemment finaliste d'un concours d'écriture organisé par Radio-Canada pour une nouvelle un peu glauque, dans un style qu'on ne lui connait pas, Danielle Goyette a eu l'idée d'un recueil où des auteurs écriraient dans un créneau qu'ils ne touchent pas habituellement. « C'est intéressant d'aller chercher autre chose chez un écrivain. Mais j'ai confié la réalisation à quelqu'un d'autre. Je ne suis pas sûre que j'aimerais diriger un recueil. J'ignore comment j'arriverais à choisir les auteurs. »

L'écrivaine vient aussi de terminer un roman de 500 pages sur lequel elle travaillait depuis plus de neuf ans. « Je me suis écrit le roman d'amour que j'avais le goût de lire. »

Sa main sur ma nuque est  chez son éditeur depuis le 12 septembre et elle espère le voir publié bientôt.

Vous voulez y aller ?

Écriture fantastique, science-fiction et fantasy

Avec Éric Gauthier, Raphaëlle B. Adam et Élisabeth Tremblay

Animatrice : Danielle Goyette

Samedi 15 octobre, 18 h 30

Salon du livre de l'Estrie

Vous voulez lire ?

AUTEURS VARIÉS

Aimer encore et toujours IMER ENCORE ET TOUJOURS

Nouvelles

Druide

Claire Bergeron... - image 4.0

Agrandir

Claire Bergeron

Claire Bergeron, Directrice de recueil

« J'ai demandé à mes auteurs de parler d'un amour mûr, de secondes noces, de quelqu'un qui a déjà croisé l'amour, mais qui, à un certain moment de sa vie, repart sur le chemin de la conquête. Je trouvais que cela changeait des amours de jeunesse. L'amour ne meurt pas nécessairement quand on vieillit. La sélection des auteurs a été tout un défi! Il y en a tellement de bons au Québec! Nous voulions quelque chose de diversifié, comme Martin Larocque, qui va nous apporter quelque chose d'humoristique, ou Georges Brossard, qu'on connait plutôt comme scientifique. Ça a été toute une expérience pour moi, qui, habituellement, travaille toute seule devant mon ordinateur tous les matins. Ça a demandé beaucoup de travail, mais les auteurs ont collaboré avec beaucoup de gentillesse et de professionnalisme. C'était agréable parce que c'est un sujet agréable aussi. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer