La Roue du loup: retrouver l'être

Luc Cloutier er Gaétan Gagnon font partie du... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Luc Cloutier er Gaétan Gagnon font partie du quintette sherbrookois La Roue du loup, lequel lance l'album La rencontre ce soir au Parvis. Benoît Converset, Vincent Poirier et Charles Van Goidtsenhoven complètent la formation.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) La Roue du loup... Le nom de cette formation sherbrookoise étonne... tout comme l'ambiance et le message qui se dégagent de sa musique mâtinée de folk et d'influences amérindiennes.

Le quintette originaire de la région lance ce soir au centre culturel Le Parvis son album intitulé La rencontre, une oeuvre très inspirée, surprenante et difficile à classer, à la fois proche des racines folk et très actuelle, avec des textes branchés sur l'âme et la conscience de la nature.

« Au départ, on ne voulait pas avoir de port d'attache. Notre musique peut paraître influencée par la culture autochtone, notamment en raison des percussions, mais on peut penser aussi au folk », explique Gaétan Gagnon, chanteur et percussionniste du groupe.

« C'est aussi un voyage dans l'esprit humain : on parle des efforts de chacun pour être libre et arriver à soi. C'est une musique groundée », expose M. Gagnon, également parolier.

Luc Cloutier, batteur-percussionniste, signale pour sa part que La Roue du loup veut offrir une musique contemplative.

« On crée beaucoup à partir du tambour. Quand ça touche en dedans, c'est parce qu'on est en train de parler de l'âme. Et quand les planètes s'alignent, on se dit qu'on est là, que ça va toujours sonner comme ça », illustre-t-il.

Il suffit d'écouter la pièce La grande lune pour réaliser la profondeur et la poésie de ce que propose La roue du loup.

Des cercles dans la neige

« Le nom de notre groupe fait référence aux loups qui tracent de grands cercles dans la neige pour se retrouver. C'est comme ça aussi que l'humain trouve son chemin : on tourne, on patauge et, finalement, on a un moment de grâce », dit Gaétan Gagnon, que ses proches considèrent comme un shaman.

« Musicalement, tout le monde participe à la création des pièces. Nous sommes tous des musiciens ayant une longue expérience. Je veux que chacun retrouve le plaisir de composer, que chacun puisse dire ça, c'est moi dans nos chansons. On travaille tous à la recherche du beau », ajoute-t-il.

Richard Vachon, qui était jusqu'à tout récemment directeur général de la salle Le Parvis et qui est maintenant agent du groupe (entre autres activités), s'émerveille de telles paroles. « Quand est-ce que tu entends ça, aujourd'hui, ce truc immanent que chacun essaie de trouver? » demande-t-il.

Pour l'heure, La Roue du loup entend faire la promotion de son album et présenter quelques spectacles au Québec. « L'Europe, ce serait vraiment le fun pour nous. On a une sonorité du Nouveau Monde, on est dans le métissage, la mixité culturelle », lance Luc Cloutier.

« Notre musique, c'est la rencontre. Nos racines viennent du Québec. Ce sont nos arbres, nos rivières et je suis persuadé qu'on a un créneau pour rencontrer le plus de gens possible », conclut Gaétan Gagnon.

Vous voulez y aller?

Lancement de l'album La rencontre

La Roue du loup

Vendredi 30 septembre, 20 h

Le Parvis

Entrée : 10 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer