• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Le Centre d'art de Richmond en pleine restructuration 

Le Centre d'art de Richmond en pleine restructuration

Après avoir perdu une dizaine de membres de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Après avoir perdu une dizaine de membres de son personnel au début du mois en raison de congédiements et de démissions, le Centre d'art de Richmond a mis sur pied une nouvelle équipe administrative pour l'École de musique.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Richmond) Après avoir perdu une dizaine de membres de son personnel au début du mois en raison de congédiements (dont celui de sa directrice générale Nancy Pelletier) et de démissions, le Centre d'art de Richmond (CAR) a mis sur pied une nouvelle équipe administrative pour l'École de musique. L'institution pourra désormais compter sur trois anciennes employées, maintenant bénévoles. Mais comment le CAR pourra-t-il maintenant justifier les subventions qu'il reçoit des instances gouvernementales?

« Je suis entrée en contact avec les trois organismes [Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), ministère de la Culture et Patrimoine canadien] et j'ai eu l'occasion de leur parler », affirme Aude Néron, nouvelle administratrice au Centre d'art de Richmond. « Pour Patrimoine canadien, la somme de la subvention a toute été versée, mais au CALQ et au ministère de la Culture, il reste des sommes à aller chercher. Les trois attendent le rapport final d'activité 2015-2016 et c'est moi qui suis responsable de le rédiger. »

Selon ce que La Tribune a appris, la subvention de la CALQ serait d'environ 22 000 $, la subvention du Patrimoine, de près de 10 000 $, et une somme 10 500 $ vient du ministère de la Culture. Les deux premières sont destinées aux activités de diffusion, et la troisième, à l'école de musique.

« Si on démontre qu'on est solide, les subventionnaires vont nous suivre. C'est à nous de faire le travail. Actuellement, on termine un cycle de quatre ans et on est sur la fin d'une entente. Le défi est de bien se positionner. Il faudra faire des plans tous les quatre ans, fait valoir Aude Néron. Ce qu'il faut comprendre, c'est que ce n'est pas tout le personnel qui est bénévole. En fait, les ressources professionnelles continuent d'être rémunérées. »

« Ensemble, tout en livrant la programmation, nous travaillons à restructurer l'organisme et consolider la situation financière. Nous pourrons compter sur le soutien de la Ville de Richmond, de l'organisme Réseau centre, de la Corporation de développement communautaire du Val-Saint-François, du Service de développement régional et local de la MRC du Val-Saint-François de même que du Couvent Mont Saint-Patrice. Notre objectif est de responsabiliser l'organisation en créant des comités de divers volets de gestion, jusqu'à ce que les conditions d'embauche d'une nouvelle direction générale soient créées », mentionne Mme Néron.

Le Centre d'art de Richmond a hérité d'une programmation « magnifique » et il devra la livrer comme prévu, poursuit-elle. « Il faut la vendre et c'est la même chose pour l'école de musique. On ne part pas avec rien. Il s'agit de bien travailler. Il faut aller de l'avant de façon intelligente, honnête et en même temps éclairée », insiste Mme Néron.

Le site internet du CAR est hors ligne depuis maintenant une semaine.

Préserver les acquis

La nouvelle administration de l'École de musique est maintenant formée d'une nouvelle secrétaire et de deux membres du conseil d'administration. Le démarrage des cours de l'École de musique a pu avoir lieu notamment par l'engagement de Jeannette Comeau, fondatrice de la corporation Les Amis de la Musique et directrice de Centre d'art pendant huit ans. À elle s'ajoute Denise Bibeau, qui a été secrétaire de l'organisme pendant douze ans.

« Elles ont travaillé très fort et c'est ce qui fait que les cours de musique ont pu recommencer », explique Aude Néron. « Je crois qu'il faut absolument préserver les acquis. Il y a des gens qui se portent volontaires pour venir en aide à l'organisme », ajoute-t-elle.

Les étudiants auront la possibilité de suivre plusieurs cours tels que le chant et les instruments à cordes comme la guitare, la mandoline, le ukulélé, la basse, la contrebasse, le piano et le violon. À cela s'ajoutent les instruments à vent comme la flûte à bec, la clarinette et la flûte traversière. Des cours en duos pourraient aussi être possibles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer