• La Tribune > 
  • Arts 
  • > David Goudreault recevra un hommage de la Fédération autonome de l'enseignement 

David Goudreault recevra un hommage de la Fédération autonome de l'enseignement

David Goudreault... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

David Goudreault

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le 3 octobre prochain, l'auteur, poète, slameur, et nouvellement chroniqueur pour le Groupe Capitale Médias David Goudreault se verra décerner un prix hommage par la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) afin de souligner l'adulte couronné de succès qu'il est devenu, lui qui était aux prises avec un trouble grave du comportement étant adolescent.

Dans le cadre de la Semaine pour l'école publique (SPEP), une telle récompense sera également remise à l'humoriste Philippe Laprise, qui a traversé son parcours scolaire avec un trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH), et à la comédienne Gabrielle Marion-Rivard, qui vit avec le syndrome de Williams, une déficience intellectuelle, et étudie au programme de formation à l'insertion sociale du centre Champagnat.

« Nous ne remettons généralement qu'un seul prix hommage pendant la SPEP, mais nous avons choisi de faire exception cette année. En raison du thème de 2016, Les classes et les écoles spécialisées : une autre façon d'assurer l'égalité, il était impossible pour nous de ne choisir qu'une personnalité qui incarne la diversité des difficultés vécues, mais aussi la richesse des réussites une fois devenue adulte. C'est notamment grâce aux nombreux services que nos lauréats ont reçu dans le réseau des écoles publiques, à l'expertise du personnel enseignant et au soutien des autres personnels de l'éducation qu'ils ont pu développer leur plein potentiel. Nous sommes très fiers de leurs réussites et nous souhaitons souligner l'importance de donner à tous les élèves une chance égale de réussite », explique Sylvain Mallette, président de la FAE.

Une grande charge de sens

Si David Goudreault tient à préciser que tous les prix sont agréables à recevoir, il avoue que celui-ci a une résonance toute particulière pour lui.

« C'est une grande charge de reconnaissance et de sens que de recevoir un prix comme celui-là, parce que - c'est moins ce qui est mis de l'avant dans les médias - ce que j'ai fait surtout, dans les dernières années, ce sont des ateliers de création dans les écoles, les centres jeunesse et les centres de détention. J'ai donc rencontré plusieurs milliers d'enfants et d'adolescents du milieu de l'école publique. Le fait de recevoir un prix de ce grand syndicat militant qu'est la Fédération autonome de l'enseignement, c'est très significatif », indique l'auteur.

« Ça met aussi en perspective mon propre parcours scolaire, ajoute-t-il. Pour moi, il y a quand même un paradoxe qui me fait sourire, parce que j'ai tellement eu de difficulté à apprécier l'école... J'ai eu un parcours un peu tortueux, mais je crois profondément que la ligne droite est rarement le chemin le plus intéressant, tant à l'école que dans la vie. Cette récompense vient reconnaître que même si j'ai eu un parcours particulier, que j'ai longtemps cherché ma voie et les raisons de persévérer à l'école, j'ai réussi à faire mon bout de chemin. »

Celui qui est désormais un amoureux des mots soutient qu'il ne faut jamais sous-estimer l'impact que peut avoir un adulte dans la vie d'un enfant ou d'un adolescent : il attribue d'ailleurs lui-même une partie de sa réussite à soeur Pierrette, qui le laissait pleurer sur « son immense poitrine » en première année, et à Mme Hélène, qui, un peu plus tard, l'encourageait en lecture alors qu'il était « un enfant aussi troublant que troublé ».

« Aujourd'hui, ce prix-là a quelque chose de la passation du flambeau : je me dis qu'il y a des gens qui m'ont donné envie du français, de l'expression, et qui m'ont gardé à l'école, et moi, je peux aller rencontrer des jeunes et être un peu aussi cet adulte-là pour eux. »

La cérémonie de remise des prix hommages aura lieu le lundi 3 octobre à l'école Saint-Pierre-Apôtre, à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer