• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Salon du livre: une année de changements 

Salon du livre: une année de changements

Le 38e Salon du livre de l'Estrie, sous... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le 38e Salon du livre de l'Estrie, sous la présidence d'honneur de Biz (devant à droite), aura lieu du 13 au 16 octobre, toujours au Centre de foires de Sherbrooke. Benoît Bouthillette (devant à gauche), auteur de Compton, sera notamment à l'honneur le vendredi. Derrière : Émilie Pinard, directrice générale du Salon du livre de l'Estrie, Anne-Brigitte Renaud, présidente du conseil d'administration, et Marie-Ève Cardin, responsable des communications et de l'animation.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) Nouvelle équipe, nouveau site web, nouveaux partenariats, nouvelles activités hors les murs et, surtout, retour des groupes scolaires (environ 2000 élèves ont confirmé leur visite), les moyens de pression par le corps enseignant étant terminés. Bref, le 38e Salon du livre de l'Estrie s'annonce sous des augures beaucoup plus encourageants que l'an dernier.

À commencer par le président d'honneur. La nouvelle directrice générale Émilie Pinard a en effet réussi à recruter le rappeur Biz, membre du groupe Loco Locass, qui s'est surtout fait remarquer en tant qu'auteur depuis 2010. Son roman La chute de Sparte (2011) est d'ailleurs au seuil d'une adaptation cinématographique.

L'écrivain n'a pas hésité avant d'accepter l'offre venue de l'est. « En fait, je n'ai même pas réfléchi : j'ai simplement regardé dans mon calendrier si j'étais libre ces quatre jours-là. Sherbrooke, pour moi, c'est une vieille histoire d'amour. C'est la troisième ville, avec Montréal et Québec, qui s'est montrée la plus chaleureuse aux débuts de Loco Locass, quand nous venions jouer aux Marches du palais », s'est souvenu l'homme de lettres et de mots.

« J'aime particulièrement les salons du livre, parce qu'ils sont la preuve qu'il y a encore un engouement physique pour les mots et le papier et pour la rencontre avec les gens qui écrivent. Je côtoie beaucoup ces événements, mais celui de l'Estrie, ce sera la première fois. Et ça va me faire plaisir, pour une fois, de ne pas faire un aller-retour et de rester pour quelques jours avec vous. »

En plus de Biz, une impressionnante brochette d'auteurs et autres personnalités qui ont commis un bouquin ont aussi accepté de faire un détour par Sherbrooke en octobre : Stéphane Dompierre, Larry Tremblay, Michel Jean, Patrice Godin, Simon Boulerice, Jean-Jacques Pelletier, Tristan Malavoy, Daniel Grenier, Jacques Nadeau, Maxim Martin, Gérald Fillion, Elsa Pépin, sans oublier Arlette Cousture, qui offrira un thé littéraire le vendredi, avec invitation particulière aux aînés.

L'Estrie sera aussi bien représentée, avec une soixantaine d'auteurs de la région, dont Patrick Nicol, Ensaf Haidar, Andrée A. Michaud, Hélène Dorion, Élisabeth Tremblay, René Cochaux, Mylène Gilbert-Dumas, Louis Hamelin, Lynda Dion, Michèle Plomer, Hervé Gagnon et David Goudreault, entre autres. Au total, ce sont plus de 150 animations, 300 maisons d'édition et près de 400 écrivains qui seront de la partie.

Dehors, le salon!

Comme d'habitude, quatre porteurs de plume ont été mis à l'honneur pour chacune des journées du salon : l'auteure et illustratrice jeunesse Marianne Dubuc le jeudi, l'auteur de romans policiers Benoît Bouthillette le vendredi, la poète-slameuse autochtone Natasha Kanapé-Fontaine le samedi et la cinéaste Anaïs Barbeau-Lavalette (Prix des libraires 2016 pour La femme qui fuit) le dimanche.

Malgré un budget global réduit d'environ 3000 $, Émilie Pinard a travaillé fort pour diversifier l'offre du salon cette année. Par exemple, en s'associant avec la librairie ambulante Le Buvard, le Salon offrira des rencontres d'auteurs à Saint-Camille, Saint-Venant et Saint-Denis-de-Brompton, respectivement les 14, 15 et 16 octobre.

« Le salon accueille en moyenne 15 000 personnes par année, mais je pense qu'on peut encore trouver des façons de faire pour aller cherche encore plus de gens », souligne la directrice entrée en fonction en mars dernier.

Un résumé de la programmation sera distribué prochainement dans le Publisac, mais tous les détails se trouvent déjà sur le site web de l'organisme. Le prix d'entrée demeure à 5 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer