Dans la confrérie des prix Borduas

Le sculpteur Michel Goulet accompagne le duo Cozic... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le sculpteur Michel Goulet accompagne le duo Cozic (Monique Brassard et Yvon Cozic) dans l'exposition Au tour de Cozic, présentée à la Galerie d'art du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke et réunissant les oeuvres de différents lauréats du prix Paul-Émile-Borduas.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

Avec l'exposition Au tour de Cozic, la galerie d'art du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke fait d'une pierre deux coups : elle regroupe pour la première fois des artistes lauréats du prix Paul-Émile-Borduas, la plus haute distinction en arts visuels accordée par le gouvernement du Québec, et permet de découvrir des créateurs qui se distinguent par des oeuvres inventives, originales, qui parlent de leur époque.

« C'est la première d'une série qui porte sur les lauréats du prix Paul-Émile-Borduas. Cette année, on a décidé de faire une exposition autour de Cozic, un duo d'artistes qui a reçu ce prix en 2015. Mais pour l'an prochain, j'invite déjà le récipiendiare du prix 2016, qui sera connu en octobre », livre Suzanne Pressé, coordonnatrice des expositions et de l'animation à la galerie d'art.

Outre Cozic, l'exposition comporte des oeuvres d'Ulysse Comtois, Charles Daudelin, Michel Goulet, John Heward, Gilles Mihalcean et Henry Saxe.

Cozic, formé de Monic Brassard et d'Yvon Cozic, présente l'installation Objects in the mirror are closer than they appear, née d'un travail de récupération (et non de recyclage) de différents matériaux détournés de leur fonction première.

L'oeuvre, réalisée en 1991, consiste en un imposant arc de cercle auquel sont fixées deux pièces de bois de la forme d'un éclair. Le tout est partiellement entouré d'une ligne rouge au sol, semblable au tracé de la pointe d'un compas, ce qui définit en quelque sorte l'espace occupé par l'oeuvre et appelle le spectateur.

« Après coup, je crois que cela nous définit comme personne et comme artiste, avec deux éclairs de couleurs distinctes chapeautés par un arc de cercle, comme une oeuvre qui reste à être complétée », explique Yvon Cozic.

« Dès que les gens s'approchent, ils se retrouvent à l'intérieur de l'oeuvre. On veut attiser leur curiosité en leur faisant une proposition. On veut qu'ils réfléchissent, car tout ne leur est pas donné tout de suite », ajoute Monic Brassard.

Monique Brassard et Yvon Cozic, qui forment également un couple dans la vie, créent ensemble depuis leur sortie de l'École des beaux-arts de Montréal en 1967 et vivent à Sainte-Anne-de-La-Rochelle. Ils ont toujours privilégié des oeuvres qui attirent le regard et stimulent les autres sens afin de permettre au visiteur de saisir leur élan de création et, ultimement, de faire partie de l'oeuvre.

Flore laurentienne

Dans Au tour de Cozic, Michel Goulet, sculpteur et scénographe de renommée internationale et lauréat du prix Paul-Émile-Borduas en 1990, présente Précis d'ordonnance, qui est à la fois une forme d'hommage aux arbres québécois et un exercice d'association d'images et d'objets.

L'installation de 2007 comporte une série de cinq silhouettes d'arbres reproduites sur du vinyle magnétique, fixées à un mur de la galerie, sur lesquelles des petits objets métalliques de la vie courante peuvent être apposés, telle une diversion.

« Un précis, c'est un code pour agir, trouver des règles. J'ai utilisé des arbres de la flore laurentienne, j'en ai fait l'inventaire et ce sont nos arbres », dit l'artiste né à Asbestos et aujourd'hui installé à Montréal.

« Il y a aussi l'idée de l'inventaire, de nommer les choses, comme si je faisais un bilan », ajoute M. Goulet.

« Chaque jour de l'année, j'ai eu une tâche à faire : recueillir des objets pour construire le dessin qui est là, pour offrir aux arbres un dessin, une sculpture avec des objets. Je respecte l'arbre, je l'aime, mais je suis plus dans la culture que dans la nature », dit Michel Goulet.

Michel Goulet est reconnu notamment pour ses oeuvres publiques disséminées dans plusieurs villes du monde, dont Paris, Lyon, New York et Montréal. On lui doit notamment les chaises installées au bord du lac des Nations, à Sherbrooke, ornées des mots du poète Luc LaRochelle, un ami de jeunesse de l'artiste.

Vous voulez y aller?

Au tour de Cozic

Du mercredi au samedi, de 13 h à 16 h

Les soirs de spectacle, de 18 h 30 à 21 h 30

Galerie d'art du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke

Jusqu'au 16 octobre

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer