Le «bon vieux temps» de Pete Möss

Pete Möss revient sur scène le temps d'un... (Spectre Média, André Vuillemin)

Agrandir

Pete Möss revient sur scène le temps d'un spectacle anniversaire. Les guitaristes  Sylvain «North Coaticook Sly» Tremblay et Johnny Maximum (Jean-Maxime Cabana) et le chanteur Tim Brink en seront avec le bassiste Jean-François Dubé et le batteur Martin Beauregard (ces deux derniers absents de la photo).

Spectre Média, André Vuillemin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

Pour 2016, la défunte formation sherbrookoise Pete Möss avait le choix : célébrer les cinq ans de son dernier concert, en septembre 2011... ou les dix ans de son premier album Live Dirty, paru en août 2006, ce qui lui avait donné un fameux élan. La deuxième option a vite été retenue et, répondant à l'idée lancée par le guitariste Johnny Maximum (Jean-Maxime Cabana, derrière), le guitariste Sylvain « North Coaticook Sly » Tremblay (à gauche), le chanteur Tim Brink, le bassiste Jean-François Dubé et le batteur Martin Beauregard (ces deux derniers absents de la photo) ont répondu présents à une réunion scénique d'un soir. Rendez-vous donc en ce samedi 17 septembre au Théâtre Granada, pour des retrouvailles rock enthousiastes, avec Kermess en première partie.

Est-ce que votre réunion a été facile à organiser?

Johnny : « Après cinq minutes, on était déjà en train de se demander dans quelle salle on jouerait. Même si chacun a maintenant sa vie de son côté, ça n'a pas été un gros dilemme. »

Tim : « Le contact ne s'est jamais perdu, même avec JF, qu'on voit moins parce qu'il vit à Montréal. Mais les chansons nous sont revenues assez vite. Après deux répétitions, ça coulait déjà bien. »

Pete Möss est notamment réputé pour ses textes salaces et son crachage de bière en concert, ce qui vous a valu quelques plaintes et censures. Avec le recul, comment vivez-vous avec ça?

Sylvain : « Moi, je ne suis gêné de rien. Quelques personnes n'ont pas compris l'ironie de nos textes et n'ont pas vu que c'était trop gros pour être pris sérieux. Mais des plaintes, il n'y en a pas eu tant que ça. En fait, je suis surpris qu'il n'y en ait pas eu davantage (rires)! Si on le refaisait aujourd'hui, probablement que ce serait différent... mais pas forcément moins irrévérencieux. »

Tim : « C'est sûr que ça m'a fait drôle de rechanter Pawnshop Dildo. Aujourd'hui, on est rendus ailleurs, mais on assume notre passé. Quand je réécoute nos albums, je suis fier. »

Que représente pour vous l'album Live Dirty?

Sylvain et Johnny : « Le premier album, c'est souvent celui que tu fais sans trop réfléchir, en laissant couler les choses de source, quand ta musique prend forme. C'est un peu comme ton bébé. On va le jouer presque intégralement pendant le spectacle, plus quelques autres chansons et des interprétations. »

Autre moment marquant de l'histoire de Pete Möss : l'incendie de l'édifice qui abritait votre local de pratique, rue Frontenac, en décembre 2010. Quels souvenirs en gardez-vous?

Johnny : « Pour moi, des souvenirs très précis. Surtout les 48 heures d'angoisse à ne pouvoir entrer dans le local. Tous les scénarios nous sont passés par la tête : est-ce qu'il y aurait des dommages à cause du feu, de l'eau, du gel? Finalement, tout était intact. Il y avait juste une légère odeur de brûlé. On a simplement laissé nos guitares reposer. Mais on est devenus nomades de local. »

Tim, pendant ta participation à La voix l'hiver dernier, tu as dû composer avec des nodules aux cordes vocales. Avec tous les spectacles que tu as donnés durant l'été, as-tu pu prendre le repos souhaité?

« Pas du tout! C'est mon projet tout de suite après le concert de Pete Möss... avec la réalisation de mon album cet automne. Je suis chanceux : c'est surtout mon registre intermédiaire qui est affecté. Je n'ai pas de problème avec mon high pitch. Je devrais donc être capable de refaire toutes les hautes notes des chansons de Pete Möss... et il y en a pas mal! Je l'ai réalisé quand j'ai réécouté nos chansons! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer