Cinq soirs d'automne illuminés

Kristelle Holliday, directrice artistique des 2es Rivières de... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Kristelle Holliday, directrice artistique des 2es Rivières de lumières, invite la population à participer aux cinq journées d'activités en octobre et novembre. Elle est accompagné de Simon Durocher-Gosselin, cometteur en scène du conte théâtral Il faut aller par là, et qui tient une marionnette géante représentant le phénix.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Illuminer un soir d'octobre sherbrookois par un défilé de lanternes. Puis par un spectacle théâtral rassemblant cirque et conte, dans le parc du Domaine Howard. Et pour clore le tout, une prestation chorégraphique à sept danseuses dans la gorge de la rivière Magog, tout aussi garnie de lanternes.

Bref, l'événement Rivières de lumières du Théâtre des Petites Lanternes (TPL) connaîtra une étonnante expansion pour sa deuxième tenue, passant d'une seule à cinq journées d'activité. Il faut dire que la première, testée en septembre 2015 pendant les Rendez-vous d'Howard, avait remporté un succès qui avait pris les organisateurs de court.

« Nous attendions 100 ou 200 personnes, mais il en est venu 1000! » se souvient Angèle Séguin, directrice artistique du TPL, qui souhaitait aussi, par cet événement, assurer de nouveau une présence auprès du public sherbrookois. Les Petites Lanternes ont mené et mènent encore plusieurs projets à l'international et ont remporté un grand succès l'an dernier à Lac-Mégantic avec la pièce Comme un grand trou dans le ventre. Le temps était venu donc venu, pour Angèle Séguin, d'offrir un nouveau projet à son premier public.

« Aussi à cause de l'absence, ici, de théâtre in situ, de théâtre de paysage, et ce que Kristelle Holliday nous a proposés nous rejoignait beaucoup. C'est une nouvelle voie pour nous, un pas de plus dans notre conversation entre les artistes et leur communauté », ajoute-t-elle.

Kristelle Holliday, directrice générale des Petites Lanternes et directrice artistique de Rivières de Lumières, s'est notamment inspirée d'un stage qu'elle a fait en Angleterre auprès de la compagnie Wild Works, spécialisée entre autres en théâtre de rue. Quant au défilé des lanternes, il lui a été suggéré par un événement semblable à Colchester, toujours en Angleterre.

Il faut dire que, depuis l'an dernier, des dizaines de personnes à Sherbrooke ont participé à une trentaine d'ateliers de fabrication de lanternes du TPL. « Depuis deux mois, c'est l'équivalent d'un atelier de fabrication tous les deux jours que nous avons donnés, mentionne Kristelle Holliday. Il y aura d'autres ateliers tout le mois de septembre, jusqu'au jour du déambulatoire, où les gens pourront venir fabriquer une lanterne toute la journée au Centre Jean-Besré. Mais notez que tout le monde est invité au déambulatoire, même ceux et celles qui n'auront pas de lanterne. »

Lanternes imperméables

Le samedi 8 octobre donc, un défilé de lanternes, avec musique, animation, personnages mystérieux et créatures fantastiques, s'ébranlera depuis le Centre Jean-Besré jusqu'au Marché de la Gare, où le public pourra profiter d'un marché de nuit mettant en vedette les produits locaux pendant que la fête continuera.

Le déambulatoire de lanternes aura lieu beau temps mauvais temps. « Les lanternes sont fabriquées dans un papier de soie qui résiste à la pluie. Les gens n'auront qu'à apporter leur parapluie », souligne Kristelle Holliday.

Les 9 et 10 octobre, direction parc du Domaine Howard, pour trois représentations du conte théâtral Il faut aller par là, écrit et narré par Marie Lupien-Durocher, mis en scène par Angèle Séguin et Simon Durocher-Gosselin, avec quatre autres acteurs. Et pour s'assurer cette fois qu'il n'y aura pas trop de monde pour la capacité d'accueil, le TPL a jugé préférable d'instaurer un coût d'entrée (15 $ pour un adulte, 5 $ pour les jeunes et 30 $ pour une famille de cinq).

Finalement, les 5 et 6 novembre, au tour de la chorégraphe Élise Legrand de présenter la dernière de ses trois chorégraphies in situ de 2016, avec sept danseuses. Une création de groupe inspirée de la force brute des chutes.

L'événement a vite obtenu le soutien financier de la Ville de Sherbrooke, du Conseil des arts et lettres du Québec, de Destination Sherbrooke et de quelques autres partenaires, pour un budget global d'environ 40 000 $. Rivières de lumières est présenté en partenariat avec la Maison des arts de la parole de Sherbrooke et la compagnie Labokracboom.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer