• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Du côté lumineux avec Stéphane Lafleur 

Du côté lumineux avec Stéphane Lafleur

Avec Pas d'casque arrive avec un nouvel album,... (Photo fournie)

Agrandir

Avec Pas d'casque arrive avec un nouvel album, Effets spéciaux.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

Quatre ans après avoir lancé la très bonne galette Astronomie, Avec pas d'casque revient avec un nouvel album à la fois folk et planant, tout en lumière et en douceur. Effets spéciaux loge à l'enseigne des disques qui se déposent dans l'oreille et qui s'impriment dans le coeur. Six questions à Stéphane Lafleur, auteur et chanteur du groupe qui sera en spectacle au Boquébière le 19 novembre.

C'est clair dès la première écoute : il y a vraiment un côté lumineux, dans ce disque...

C'est très présent, probablement parce que le fil conducteur de l'album, s'il y en a un, c'est l'époque pendant laquelle j'ai écrit les chansons. Les unes et les autres tissent une espèce d'échantillonnage de cette période-là dans ma vie et dans celle des gens autour de moi. J'ai réalisé en cours d'écriture que certains mots revenaient, que des images s'imposaient. La lenteur, la lumière, entre autres. J'ai décidé de ne pas me battre contre ça.

Que signifie le titre Effets spéciaux pour vous?

Il est arrivé à la fin du processus de création. Il y a un peu d'ironie là-dedans, parce que, lorsqu'on pense « effets spéciaux » au cinéma, on voit des feux d'artifice, du grand, du gros, et nous, on n'est pas vraiment un groupe à grand déploiement musical. Mais on trouvait que l'image des effets spéciaux pouvait aussi s'appliquer à cette espèce de lien invisible entre deux personnes. Lorsqu'on rencontre quelqu'un et qu'il se produit quelque chose, que le courant passe, c'est en quelque sorte un effet spécial.

Le disque est comme un voyage, on l'écoute et on se laisse porter d'une chanson à l'autre. Il est pensé ainsi?

On aime cette idée de s'asseoir et d'écouter un album dans son entièreté, de la première à la dernière chanson. On souhaitait cette unité, cette cohérence. Sébastien Blais-Montpetit, qui a mixé le disque,

l'a bien compris. Il a respecté cette idée, mais il a aussi réussi à élargir notre spectre sonore. Tout est dans le mixage, dans la balance des basses, dans le choix de mettre tel instrument en exergue plutôt qu'un autre. Notre couleur musicale est reconnaissable, mais on va également ailleurs avec certaines chansons comme Il fait noir de bonne heure, Autour et Les gloires du matin. En termes de structure, de rythmique et de sonorité, ces chansons-là visitent des zones qu'on n'avait pas explorées encore. J'ai l'impression que ça nous ouvre des portes pour la suite.

C'est avec le disque Astronomie que plusieurs vous ont découvert. A-t-il marqué un petit tournant dans votre parcours?

Un grand tournant, je dirais. Sur le graphique de notre ascension, il y a un avant, un après. Notre succès s'est construit lentement, sans qu'on force les choses et grâce aux gens qui nous ont entendus. On a commencé à jouer devant six personnes. Littéralement. Les foules ont pris du coffre petit à petit, à cause du bouche-à-oreille. On n'a jamais créé pour gagner en popularité, on n'a jamais fait de tounes avec l'idée qu'il fallait qu'elles jouent à la radio. Dans le groupe, il n'y a personne qui attend juste après Avec pas d'casque pour vivre. C'est un projet qui est vraiment bâti autour du plaisir et de l'amitié. Cette absence de pression pour que ça fonctionne à tout prix nous laisse une grande liberté créative.

Tu es aussi cinéaste (Continental, un film sans fusil et Tu dors Nicole). Travailles-tu sur un nouveau projet?

J'en suis aux balbutiements de mon prochain film et j'écris le scénario d'un long métrage qui sera tourné par un autre réalisateur.

Tu écris beaucoup?

J'écris pas mal tout le temps, mon carnet n'est jamais bien loin. Pour moi, c'est un geste important. Ça me garde vivant. Il y en a qui trouvent cet oxygène en faisant de l'ébénisterie ou de la peinture. Moi, c'est à l'écrit que ça se passe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer