• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Le Festival de la poutine victime de son succès 

Le Festival de la poutine victime de son succès

Les organisateurs du Festival de la poutine n'excluent...

Agrandir

Les organisateurs du Festival de la poutine n'excluent pas de réaménager le site pour augmenter la capacité d'accueil de l'événement, mais ils comptent bien rester dans le stationnement du Centre Marcel-Dionne à Drummondville.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) La 9e édition du Festival de la poutine a fait son lot de mécontents. Des centaines de personnes se sont rivé le nez à une billetterie fermée lors des soirées de vendredi et de samedi, ratant de belles occasions de voir les Cowboys fringants et Éric Lapointe à l'oeuvre ou de déguster l'une des poutines des dix camions restaurants présents.

« Nous avons dit et répété qu'il était important de se procurer des billets rapidement, il y en a qui ne nous ont visiblement pas écoutés. Cela dit, nous sommes vraiment contents de la réponse des gens encore une fois cette année », affirme le leader des Trois accords, Simon Proulx.

Les organisateurs du Festival n'ont pas encore statué à savoir s'ils poseront des gestes afin d'augmenter la capacité d'accueil de l'événement qui célèbrera son 10e anniversaire en 2017. Chose certaine, il n'est plus question de déménager puisque le stationnement du Centre Marcel-Dionne lui sied à merveille.

« Il y a des endroits à Drummondville qui nous offriraient une plus grande capacité, mais nous aimons bien notre festival tel qu'il est en ce moment. Il y a une belle ambiance intime et chaleureuse. Nous ne voudrions pas le mettre en péril en l'organisant ailleurs. Le Mondial est au parc Woodyatt et il y a Drummondville sur son 31 au centre-ville, c'est une belle diversité », explique M. Proulx.

Il n'est toutefois pas exclu que l'on réaménage le site afin d'en accroître la capacité. En ce moment, des obstacles obstruent partiellement la visibilité de la scène vers l'arrière du site. En les déplaçant, on pourrait augmenter la capacité du Festival au-delà des 11 000 places disponibles en ce moment.

« Pour l'instant, l'heure est au bilan, mais ça fera certainement partie de notre réflexion, surtout que nous en arrivons à notre 10e. Les gens nous en parlent déjà, ils s'attendent à quelque chose de gros », continue-t-il.

Jérôme Ferrer roi et maître

C'est la poutine Royale du restaurant Europia qui a remporté la traditionnelle Fourchette d'or remise annuellement par les festivaliers au meilleur mets qu'ils ont eu l'occasion de goûter pendant les trois jours de l'événement.

On savait que Jérôme Ferrer était un excellent chef cuisinier et il l'a encore une fois démontré, cette fois en mettant toute sa passion dans une poutine qui a su conquérir le coeur et les palais des visiteurs.

« Ce n'était pas évident de savoir sur quelle poutine les gens étaient pour accrocher, chaque année, c'est une surprise totale et il n'était pas acquis que Jérôme l'emporterait. Cela dit, nous sommes très heureux de sa présence parmi nous. Des sondages nous ont permis d'apprendre que les visiteurs viennent ici tant pour les spectacles que pour la poutine et c'était bien de compter sur la présence d'un chef comme celui-là », indique le chanteur.

Les Trois accords seront ainsi de retour à l'organisation du Festival l'an prochain, il est toutefois encore trop tôt pour savoir s'ils seront également sur les planches. « C'est une décision qu'il ne faut pas prendre à la légère, ce n'est pas facile d'organiser et de jouer. Surtout s'il faut composer avec un site modifié », conclut Simon Proulx.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer