• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Prix Orford Musique : une violoniste au « charisme incroyable » 

Prix Orford Musique : une violoniste au « charisme incroyable »

Sara Scanlon faisait partie des cinq finalistes qui... (Spectre média, Maxime Picard)

Agrandir

Sara Scanlon faisait partie des cinq finalistes qui se sont affrontés samedi soir au premier gala du Prix Orford Musique. C'est la violoniste Mai Tategami qui a finalement remporté les honneurs.

Spectre média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Cinq jeunes prodiges ont rivalisé à coups d'archet et de doigté samedi soir dans l'espoir de remporter le Prix Orford Musique, cette toute nouvelle récompense décernée au meilleur stagiaire de l'Académie lors du concert de clôture du Festival Orford Musique.

Wonny Song, pianiste virtuose et directeur artistique du Festival Orford Musique, dit avoir été ébloui par le talent de chacun des finalistes : Derek Louie et Sara Scanlon au violoncelle, Isabella d'Éloize Perron et Mai Tategami au violon et Tancrède Emerat au piano.

« J'ai été très satisfait de la soirée, affirme M. Song. J'étais un peu nerveux puisque c'était notre première édition du gala du Prix Orford Musique, mais ç'a s'est super bien passé. Nous avons eu un très bon public, et la qualité des cinq finalistes était extraordinaire. J'étais très fier d'eux. »

C'est finalement la Japonaise Mai Tategami qui a su tirer son épingle du jeu : en plus de rafler le premier prix, soit une tournée de concerts en Afrique du Sud, en Europe et en Asie, la jeune violoniste s'est également vu décerner le Coup de coeur du public ainsi que le prix de la Fondation Yehudi Menuhin.

« Elle a un charisme incroyable, mentionne M. Song. Elle a fait un choix très diligent de répertoire, qui dévoilait beaucoup de facettes de sa personnalité et qui montrait ce qu'elle serait capable de faire dans une carrière. »

Venue directement du Japon pour participer à la compétition, Mai Tategami est débarquée à Orford à 18 h. À peine deux heures et demie plus tard, elle maniait avec passion son instrument sur la scène de la salle Gilles-Lefebvre. « Disons que c'était un peu stressant pour nous aussi, on espérait qu'elle se présente! », avoue Wonny Song.

Selon le directeur artistique, l'interprétation qu'a fait la musicienne du scherzo de la Sonate F-A-E, composé par Brahms, de l'adagio et de la fuga de la Sonate pour violon de Bach et de la Valse scherzo, op. 34, de Tchaikovsky a renversé les deux juges du concours.

C'est donc d'une voix unanime que Charlotte Lee, présidente et fondatrice de Primo Artists et ex-vice-présidente d'IMG Artists, et Isolde Lagacé, directrice générale et artistique de la fondation Arte Musica, ont désigné Mai Tategami comme grande gagnante.

« C'est une élève remarquable, qui a étudié avec notre professeur Michael Frischenschlager, ajoute M. Song. Je pense vraiment qu'elle est à une ou deux années d'une carrière internationale. »

Une première saison réussie

Alors que se termine la première saison de Wonny Song en tant que directeur artistique d'Orford Musique, le pianiste montréalais d'origine sud-coréenne dresse un bilan positif de son expérience.

« Je suis très satisfait de toute la saison, dit-il. C'était très excitant : on a eu des concerts vraiment incroyables, dont quatre à guichet fermé. Artistiquement, j'étais très, très content. »

« Nous avons eu beaucoup de nouveautés, dont Anderson & Roe, qui fut un succès monstre. Il y a aussi eu Claremont Trio, de New York, qui fut vraiment un coup de coeur pour l'audience, le concert d'adieu très touchant d'Oliver Jones et celui de Pablo González, un chef d'orchestre de l'Espagnol, que j'espère pouvoir réussir à convaincre de revenir l'année prochaine. Vraiment, c'est un premier été à ne pas oublier! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer