La fierté exposée

Photographe gatinois natif de Thetford Mines, Richard Perron... (Fournie)

Agrandir

Photographe gatinois natif de Thetford Mines, Richard Perron a travaillé pendant trois ans sur l'exposition Espaces. Sa série de tableaux photographiques, qui se veut un hommage aux travailleurs de sa région natale, est présentée jusqu'au 10 octobre au Centre historique de la mine King de Thetford Mines.

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nelson Fecteau
La Tribune

(Thetford Mines) L'ouverture du Centre historique de la mine King, mieux connu sous le nom de KB 3, vise à rendre hommage aux générations de travailleurs miniers qui ont assuré la prospérité de la région de Thetford Mines pendant un peu moins de 150 ans. Richard Perron, un photographe gatinois natif de Thetford Mines, a voulu, à sa façon, saluer ce passé de courage et de labeur et ce présent de résilience, d'ingéniosité et d'audace qui fait en sorte que la survie de Thetford Mines est assurée.

Ayant quitté la région en 1965, M. Perron a choisi de mettre en lumière sa terre natale à travers une série de 12 images qu'il qualifie « d'aventure artistique ».

« L'identité d'une personne est toujours définie par l'espace auquel elle est associée. En termes d'espace, Thetford Mines, ce sont les haltes minières. C'est là notre signature », affirme Richard Perron pour expliquer le titre de son exposition, Espaces.

Le chevalement de KB 3, la forge et la salle des treuils récemment restaurés au coût de 6,6 millions $ accueilleront les 12 tableaux faits de 24 photographies, soit celles de 12 ex-travailleurs miniers et de 12 travailleurs d'industries anciennes et nouvelles à l'origine de la nouvelle économie thetfordoise.

« Les visiteurs vont pouvoir apprécier des paysages de sites miniers que même les gens de Thetford Mines n'ont jamais vus. Ils pourront aussi voir sur ces photos des gens fiers de ce qu'ils ont fait, de ce qu'ils font et de ce qu'ils envisagent de faire », précise Richard Perron.

Un défi

Ce dernier a mené pas moins de 24 entrevues pour se familiariser avec ses sujets et leur milieu de travail. « J'ai monté mon exposition avec une grande fierté. Je l'ai fait avec beaucoup de passion et de coeur. De voir l'intérêt que mon projet a suscité m'excite. C'est pour moi une surprise », avoue-t-il.

La réalisation de l'exposition Espaces, qui se tiendra du 17 août au 10 octobre, a été source d'importants défis pour celui dont le grand-père, le père, les oncles et les cousins ont tous oeuvré dans les mines d'amiante. Le défi principal a été de mener ce projet de trois ans à terme. Il fallait composer avec des contraintes au niveau de la recherche de sites pour capter des images, il fallait aussi composer avec les éléments extérieurs, ce qui n'était pas toujours de tout repos. Et il fallait encore trouver un lieu d'exposition. À cet égard, le Centre historique et minier de KB 3 a été comme un don du ciel.  

Richard Perron en est à son sixième projet du genre. Il reconnaît qu'il lui a fallu de l'audace pour réaliser Espaces : « Je retiens la générosité des gens. J'ai été à leur écoute. Je me suis adapté à leurs commentaires. Je voulais le faire à la mémoire des travailleurs de l'amiante », dit celui qui habite à Gatineau depuis maintenant dix ans et qui s'adonne à la photographie depuis cinq ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer