Poésie de nuit

Richard Séguin et David Goudreault se préparent à... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Richard Séguin et David Goudreault se préparent à accueillir poètes et public à Saint-Venant-de-Paquette pour une Grande nuit de la poésie porteuse de rencontres artistiques exceptionnelles.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ève Bonin
La Tribune

(Saint-Venant-de-Paquette) La poésie résonne partout, tout le temps à Saint-Venant-de-Paquette, mais il y a des lunes qu'on n'y avait pas rassemblé des artistes pour la célébrer, la déclamer, la partager des heures durant. Huit ans après sa dernière édition en 2008, la Grande nuit de la poésie renaît dans une formule aussi démesurée que porteuse d'étincelles.

C'est au poète, auteur et slameur David Goudreault qu'on a proposé de reprendre le flambeau de cet événement, en pause depuis quelques années le temps de renouveler les valeureux effectifs de bénévoles. « On l'a choisi d'abord à cause de son énergie, de ce qu'il véhicule et de son extrême enthousiasme », confie Richard Séguin, qui porte le projet avec lui. « C'est pas tout le monde qui a ça, en ces temps de cynisme et de désappointement. De voir arriver quelqu'un comme lui qui allume des feux, selon l'expression de Fred Pellerin, ça génère une énergie que t'as envie de partager, t'as le goût de lui dire : ça te tente-tu de venir allumer le feu ici? »

Le nouveau porteur de flambeau a réfléchi et est revenu avec le concept de la démesure. « Avec tout le travail fait par les Amis du patrimoine et par Richard, Saint-Venant-de-Paquette est déjà identifié comme un haut lieu de la poésie au Québec. C'est comme si le feu de joie était prêt à prendre, la talle de bois est prête. Mais si on est pour appeler ça une nuit de la poésie, on va vraiment traverser la nuit. »

Contrairement aux éditions précédentes, qui consacraient des soirées entières au sixième art, c'est pendant toute la nuit du 13 au 14 août qu'on verra défiler une trentaine d'artistes, en performance dans trois lieux différents du village. Spectacles de poésie et de musique, micros ouverts, lectures, karaoké de poèmes, concours de haïkus, compétition de slam... « Tout ça dans un petit village de 111 habitants, c'est énorme! » mentionne David Goudreault. On se retrouve avec une espèce de "Wordstock", et on a un peu peur que ça vire en Woodstock. »

Il faut dire que l'enthousiasme a atteint des sommets au sein des artistes qui voulaient se joindre en trop grand nombre à l'aventure. Séguin et Goudreault ont déjà une liste préliminaire de participants potentiels pour la prochaine édition... « Il y a eu un effet d'entraînement. Moi j'ai juste invité Alexandre Belliard, Belliard en a parlé à d'autres... », raconte Richard Séguin, qui explique la réponse du milieu par une soif de collaboration.

« On travaille de façon solitaire, mais les occasions de se rencontrer, ça provoque un feu partagé. Ce bouillonnement de rencontres, on veut le vivre. On a besoin de partage, de motivation collective. C'est très tribal finalement, de retrouver le sens de la parole. Je pense que tout le monde est ouvert à l'imprévu que ça peut créer. »

« On ne peut pas prévoir la magie, mais on met des ingrédients magiques ensemble et il y a des chances pour qu'il se passe quelque chose d'exceptionnel », ajoute David Goudreault, qui distingue l'événement de la nuit de la poésie de mars 1970 à Montréal, qui est passée à l'histoire et a fait l'objet d'un film de Jean-Claude Labrecque. « Une des différences, c'est la variété, non seulement des poètes et des poétesses, mais aussi des genres, parce qu'il y a une espèce d'affirmation, une prise de position très forte.

« La poésie se décline sous plusieurs formes, c'est un peu notre originalité, on le reconnait et on le place au coeur de la nuit. T'as des poètes très formalistes, classiques, qui vont venir lire leurs poèmes et nous faire vivre quelque chose d'important, des gens plus près de la performance qui sont habitués de déclamer, d'autres qui vont chanter, qui vont dire, qui vont slamer. Et, pour moi c'est peut-être là l'angle gagnant, il va y avoir des rencontres entre des gens qui habituellement ne se rencontrent pas parce qu'ils sont rarement invités dans les mêmes événements. »

Richard Séguin est du même avis : « On ne mesure pas l'impact que ça peut avoir, ce partage de la découverte entre poètes. Je suis conscient que ce genre d'événement, c'est comme la roche qui est lancée à l'eau, et tu ne peux pas mesurer l'onde qui se répand. Quand Gilles Bélanger a décidé de réunir 12 auteurs autour de l'oeuvre de Miron, il y a eu un effet Miron, on l'a senti après dans nos créations personnelles. »

Les racines de l'imaginaire et des idées

« Il y a un élément que je trouve bien important, c'est que tout ça, ça se passe en région », ajoute celui qui s'implique auprès des Amis du patrimoine depuis des années pour contribuer au dynamisme de son village. « Ça aussi ça fait partie de l'appartenance, de l'enracinement qu'une région peut créer. Souvent, tout est concentré à la même place et on oublie que les régions, c'est les racines où on va chercher la vitalité de tout ce qui peut se passer sur le plan culturel, sur le plan de l'imaginaire et des idées. »

« L'événement est ouvert sur le monde, mais profondément ancré dans la région », affirme David Goudreault, au sujet des ressources mobilisées pour recevoir public et artistes dans le petit village sans épicerie, sans dépanneur, sans réseau cellulaire. Grâce à la collaboration du milieu, nourriture, alcool et places de camping seront offerts à ceux qui passeront la nuit à célébrer la poésie dans les hauteurs de Saint-Venant. « Les gens n'auront qu'à apporter leur ouverture d'esprit. »

Au moment de l'entrevue, Goudreault et Séguin mettaient la touche finale à l'organisation de l'événement. S'ils passeront une bonne partie de la nuit à coordonner les activités, ils promettent tout de même chacun une performance. « Le reste du temps, on va éteindre des feux, ou les allumer, au besoin! »

Parité poétique

Il y a eu cinq nuits de la poésie par le passé à Saint-Venant-de-Paquette, la première édition s'étant déroulée en septembre 2002. L'organisation a pris une pause en 2008 avec le départ de Nathalie Watteyne, à la direction artistique depuis les débuts. À l'invitation de Richard Séguin et des Amis du patrimoine, David Goudreault a accepté cette année de reprendre le flambeau en relançant la Grande nuit de la poésie, qui présente cette année plus d'une trentaine de poètes, musiciens et performeurs pour douze heures de spectacle en trois lieux différents.

Parmi ceux-ci, certains étaient présents à la nuit de la poésie présentée au Gésu le 27 mars 1970, un événement ayant eu une résonnance populaire entre autres grâce au documentaire que Jean-Claude Labrecque en a tiré. Si les organisateurs de la Grande nuit de la poésie s'attendent à voir briller des étincelles dignes de cet événement historique, ils soulignent toutefois quelques différences. Non seulement la Grande nuit de la poésie célébrera le sixième art sous toutes ses formes, chanson et slam inclus, mais elle a aussi la particularité d'atteindre la parité entre poètes et poétesses, ce qui était loin d'être le cas en 1970, alors que seulement trois femmes étaient sur scène.

Ils et elles seront là...

Hélène Dorion, Bruno Lemieux, Normand Baillargeon, Natasha Kanapé Fontaine, David Goudreault, Fredric Gary Comeau, Chloé Ste-Marie, Queen Ka, Richard Séguin,Véronique Grenier, José Acquelin, Vincent Vallières, Jean François Létourneau, Jean-Paul Daoust, Sophie Bienvenu, Yann Perreau, Kim Doré, Auguste,Tristan Malavoy, Ouanessa Younsi, Jean-François Poupart, Erika Soucy, Jonathan Roy, Michel X Côté, Marie-Hélène Sarrasin, Guy Marchamps, Frank Poule, Raoul Duguay, Amélie Aubé-Lanctôt, Nancy R Lange, Marco Geoffroy, Mathieu K Blais, Sébastien Dulude, July Giguère, Patrick Boulanger, Jonathan Lamy, François Guérette, Alexandre Dostie, Véronique Bachand, Alexandre Belliard, Isabelle Forest, Tradpoésie.

Vous voulez y aller ?

Grande nuit de la poésie

Samedi, 13 août 20 h (jusqu'à dimanche 14 août 8 h)

Saint-Venant-de-Paquette

Nourriture, alcool et places de camping sur les lieux

Contribution volontaire

Détails : www.amisdupatrimoine.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer