La fête familiale des 2Frères

Erik et Sonny Caouette des 2Frères sont encore... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Erik et Sonny Caouette des 2Frères sont encore en spectacle les 7 et 8 août au Vieux Clocher de Magog.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Stéphanie Beaudoin   </p>
Stéphanie Beaudoin

Journaliste stagiaire

La Tribune

(Magog) Il est pratiquement impossible de ne pas avoir entendu au moins une chanson des 2Frères : ce sont les artistes francophones les plus joués à la radio canadienne depuis le début de l'année 2016, selon la firme Mediabase. Ils sont au Vieux Clocher de Magog encore dimanche et lundi pour offrir un rendez-vous familial plus que réussi.

Avoir deux personnes de la même famille sur une même scène crée une chimie bien spéciale. Des poignées de main, des chamailleries suivies d'excuses, des tapes dans le dos, des petits regards complices : Sonny et Erik Caouette sont très complices tout au long de leur prestation, a pu constater La Tribune, lors de son passage à la salle de spectacle le 1er août.

Le duo natif de Chapais enchaîne les succès de son premier album en multipliant les échanges avec la foule, qu'il fait chanter et taper des mains. L'ambiance est au rendez-vous et l'extrait 33 tours, qui joue abondamment sur les ondes radiophoniques présentement, produit un effet monstre dans la salle. Tout le monde entonne en choeur les paroles écrites par l'auteur-compositeur-interprète sherbrookois Alexandre Poulin.

« J'ai su que je voulais faire ce métier quand j'avais huit ans », raconte Erik juste avant d'interpréter deux chansons tirées du répertoire des Colocs, Juste une p'tite nuite et Tassez vous de d'là, auxquelles a été ajouté la touche folk des 2Frères.

C'est avec un plaisir manifeste que les chanteurs font un clin d'oeil à un de leur idole, François Pérusse, qui les accompagne en musique pendant les 80 000 kilomètres qu'ils parcourent chaque année depuis six ans. Snack-bar chez Raymond, Y'a don ben des mongoles et C'est belle une fille ne sont que quelques-unes des chansons du medley qu'ils ont bricolé et qui fait sourire le public.

Un hommage, des bravos

La deuxième partie se déroule plus en douceur. Le duo n'hésite pas à marier le succès actuel 7 Years de Lukas Graham au classique Sous les cheminées de Richard Séguin. Il offre aussi un petit hommage à tous les défenseurs de l'éducation qui se sont levés au printemps 2012. « Souvent, les gens qui dérangent ont quelque chose à dire, et souvent, c'est important. Dans le fond, ce qu'eux (les manifestants) voulaient dire, c'est qu'un peuple éduqué ne se laisse pas marcher sur les pieds », lance Erik sur les premières notes de Casseroles et clairons.

Le torrent d'applaudissements à la fin du succès Nous autres a ramené les frangins, accompagnés de leurs deux musiciens, pour deux chansons plutôt spéciales.

À quatre sur la même guitare, ils ont commencé le rappel avec une interprétation de la chanson Stand by me pour enchaîner avec une version totalement acoustique et sans micro de 33 tours. Le silence était complet dans la salle avant l'ovation complète d'une foule visiblement bien contente de ce spectacle intime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer