Le band des Cantons

JF Coley et Pascal Gervais forment le groupe... (Fournie)

Agrandir

JF Coley et Pascal Gervais forment le groupe sherbrookois VOA avec Charles-Emmanuel L'Espérance, David Larouche et Krystel Mongeau.

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une décennie s'est écoulée depuis que JF Coley, Pascal Gervais et leur coéquipier de l'époque Jocelyn Blanchette ont amorcé ensemble une traversée du Rubicon sous le nom de Coley. Peu après la sortie de Crossing the Rubicon, les uns et les autres ont finalement poursuivi leur route musicale séparément. Jusqu'à ce que Gervais, il y a deux ans, jette un oeil sur le matériel accumulé par JF Coley au cours de la dernière décennie.

« Il restait le meilleur supporteur du groupe et m'a convaincu qu'il fallait sortir les tounes », raconte JF Coley, qui s'est laissé inspirer par la confiance et l'enthousiasme de Gervais avec qui il a fondé VOA il y a deux ans.

On s'arrête ici deux secondes sur le nom du groupe, inspiré de la « mystérieuse » inscription qui accompagnaient certains titres de films présentés au cinéma du Carrefour de l'Estrie, et devant lequel passait JF Coley lorsqu'il revenait de skier à Owl's Head.

« J'y ai vu mon tout premier film. Je me souviens avoir tellement voulu y voir la version de Batman avec Keaton. Anyway, pendant longtemps, je ne comprenais pas ce que c'était, ce VOA. Ça m'a pris un moment avant de comprendre. Tu ne vois ça nulle part ailleurs, l'annonce d'une version originale anglaise. Ailleurs, c'est forcément la version originale... »

Voilà pour la petite histoire du nom de groupe qui, après un premier rendez-vous sur scène lors de l'édition 2015 du Sherbrooklyn au Granada, remonte cette fois sur les planches dans le cadre de la Fête du lac des Nations.

Bonne musique seulement

Et la musique? « Je n'aime pas les étiquettes. Si je voulais vraiment résumer, je pourrais dire que nos chansons vont probablement toujours avoir de la guitare dedans. Ou pas. Sur le tableau blanc dans le studio, on a écrit Good music only, ça pourrait aussi être une réponse », s'amuse JF Coley avant de tenter plus tard une autre forme d'explication. « Notre son n'est pas un son d'ailleurs, c'est vraiment un son des Cantons. Je place le régionalisme avant le patriotisme. Je pense que les gens qui aiment écouter de la bonne musique vont aimer ce qu'on fait. »

Il suffit de faire un tour sur Band-camp pour donner raison à JF Coley, qui, outre la basse de Gervais, compte aussi sur les claviers de Charles-Emmanuel L'Espérance, la batterie de David Larouche et la voix de Krystel Mongeau.

« Tous de vrais musiciens à temps plein, je suis le seul fraudeur », confie JF Coley, enseignant à temps plein, mais musicien à temps tout aussi plein. « J'ai le luxe de ne pas avoir à accepter des contrats si je n'ai pas envie de les faire, et ça je sais que ce n'est pas juste. On pourrait donc penser que je suis un peu comme un touriste, je le comprendrais, mais moi, je sais que je ne le suis pas. Si je me suis lancé, c'est que j'y suis complètement. »

Et les choses avancent lentement mais rondement pour VOA, qui tournera un clip en automne afin de se faire entendre en passant par les réseaux sociaux. Un album?

« Je ne sais pas si c'est encore pertinent de faire des albums, s'interroge Coley. Moi, j'aime ça, les albums, mais est-ce que c'est encore dans les habitudes d'écoute? Je ne crois pas. Je pense qu'on est ailleurs et que ce qu'on va proposer sera différent, peut-être très interactif. »

Vous voulez y aller ?

VOA

Dimanche 24 juillet, 18 h

Bistro SAQ

Fête du lac des Nations

Entrée : 16 $

Également dimanche

Alfa Rococo

Grande Scène Loto Québec, 20 h

Véronic Dicaire

Grande Scène Loto Québec, 22 h 30

Pascale Picard

Bistro SAQ, 22 h 30

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer