• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Un deuxième premier spectacle solo pour Julien Tremblay 

Un deuxième premier spectacle solo pour Julien Tremblay

Julien Tremblay s'amène au Vieux Clocher de Magog... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Julien Tremblay s'amène au Vieux Clocher de Magog avec son spectacle Humble et magnifique pour cinq soirs.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Humble et magnifique. C'est ainsi que l'humoriste Julien Tremblay, qui s'installe pour cinq soirs sur la scène du Vieux Clocher de Magog, a eu envie de baptiser son « deuxième premier » spectacle solo.

« Magnifique, parce que j'ai passé beaucoup de temps à regarder ce qui se passe sur la scène québécoise de l'humour pour offrir quelque chose de différent. Moi, je suis le seul gars avec une guitare qui ne te jouera jamais une toune. Mon spectacle, c'est une vibe, avec d'excellents gags », lance le verbomoteur artiste, qui mise aussi sur l'interaction avec son public.

Et s'il décide, pendant sa prestation, de s'appuyer sur un spectateur, ce sera toujours pour créer des wow! Jamais pour ridiculiser.

« J'étais baveux au secondaire. Mais j'ai exorcisé ça. Et j'ai passé une portion de ma vie à m'excuser aux gens du secondaire. Alors il ne faut pas que les gens aient peur de s'asseoir en avant. Sauf pour les postillons! »

Parmi les sujets abordés, la médicamentation des enfants. « Jeune, j'aurais été un candidat, mais ma prof avait organisé de l'impro le midi et j'ai exploré une autre avenue. Je parle aussi de l'aspect relatif de l'âge. Je connais des gens de 30 ans qui sont vieux et des gens de 86 ans qui sont jeunes. »

Le spectacle est présenté comme étant son premier en solo, mais ce n'est pas vraiment le cas, puisque l'humoriste avait passé les étés 2003 et 2004 au Vieux Clocher de Magog pour y présenter Oui, je le veux! Il faut donc voir Humble et magnifique comme un nouveau départ, après une décennie à rouler sa bosse ici et là.

« Pendant ces années, j'ai participé au Festival Juste pour rire et au Grand rire de Québec. J'ai aussi fait de l'animation à la radio et à la télé. Mais l'humour a toujours été ma priorité. J'ai réalisé, en bas âge, que le métier d'humoriste commençait à 20 h et que ça me laissait le temps d'écouter quatre films dans ma journée », lance en riant l'oiseau de nuit qui s'est couché à 4 h du matin la veille pour écouter sur l'internet les frères Hanson version 2016, et dont les visages sont par ailleurs sur son t-shirt ce jour-là.

« Je les aime parce qu'ils sont bourrés de talent et aussi pour leur fraternité. Moi aussi, je suis très proche de mon frère et de ma soeur. »

Made by France

Le personnage qu'incarne Julien Tremblay est d'ailleurs inspiré des mimiques de son frangin et de sa frangine. « C'est un personnage que je pratique depuis trois ans. C'est moi fois mille. Avec le coup de tête saccadé en arrière et la façon de danser de mon frère et ma soeur à Noël. Ils ont collaboré par inadvertance au show, comme plusieurs personnes de mon entourage », explique celui qui a fait ses études à l'École nationale de l'humour en 1995.

Au premier rang de ses collaborateurs du quotidien se trouvent France D'Amour, sa compagne des quatre dernières années, celle qui l'a assagi. Le duo se produit parfois ensemble, sur demande.

« C'est un combo Hilarité et hits. Je commence avec 45 minutes d'humour. Et après, ma blonde fait ses hits seule avec sa guitare. Je ne pars jamais pendant sa partie.

Je suis dans les coulisses et je la regarde la langue à terre, à côté d'un petit triangle sur lequel est inscrit : caution wet floor (NDLR : attention plancher mouillé) », note celui qui pleure régulièrement à la maison lorsque sa blonde chante pour lui. Il s'estime d'ailleurs « fucking chanceux » d'être la muse de l'album En love majeur.

La mise en scène de Humble et magnifique est de Laurent Paquin, avec Mike Ward à la relecture des textes. « Chacun de nous a un minimum de 23 ans d'expérience. On est capable de dire : ça, c'est bon, ça non. On n'a pas d'ego ni d'orgueil. On n'a pas peur de s'offusquer. On est au service des jokes », relate celui qui était en nomination dans la catégorie numéro d'humour de l'année au Gala des Olivier 2016 pour son numéro sur l'argent.

Le Sherbrooke de Julien Tremblay

Pour Julien Tremblay, Sherbrooke est synonyme de soirées d'humour de Max Leblanc, au bar Le Magog, et de parties de poker avec des étudiants de l'Université de Sherbrooke, à qui il adorait vider les poches. Il a aussi de nombreux souvenirs liés au East Side Mario's, au Mike's et au Pizza Hut.

« Je suis arrivé avant la pâte farcie et reparti après son arrivée.C'est probablement une des raisons qui a causé la rupture de mon intestin à Cuba ce qui a nécessité une opération d'urgence. »

À partir de 2009, il a aussi été animateur de radio à Sherbrooke pendant quelques années. Il avait alors un appartement dans la région pour la semaine et remontait les fins de semaine à Repentigny voir sa petite famille.

« Sherbrooke a causé mon divorce », résume-t-il. À cause de la distance? « Pas juste la distance. Le problème, c'est que ma femme ne s'ennuyait pas. Je ne sais pas si je suis dépendant affectif, mais j'aurais pris un petit câlin en revenant », ajoute-t-il avant de pouffer de rire.

« De très bons souvenirs, ajoute -t-il moqueur. Mais on en est tous sortis édifiés et grandis. » Ses années au micro de la radio sherbrookoise lui ont par ailleurs permis de connaître Susan Léger.

« Ma femme le dit aussi : Susan était la journaliste qui faisait le plus de recherche avant une entrevue. Elle avait un rire contagieux et unique. Chevronnée, au poste, constante. Ce qui est difficile en radio, c'est de perdurer. Elle l'a fait en étant toujours à l'écoute. Le monde culturel a perdu beaucoup, car Susan, elle savait comment te faire shiner en faisant ressortir le meilleur de toi-même. Autant en ondes qu'assis sur une terrasse », se souvient celui qui est encore bouleversé par le décès de la Queen de la radio emportée par le cancer en octobre dernier.

Vous voulez y aller ?

Humble et magnifique

Julien Tremblay

Du 26 au 30 juillet, à 20 h 30

Vieux Clocher de Magog

Entrée : 35 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer