Retrouvailles avec Les Colocs

Après Jonquière en musique la semaine dernière, où... (Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Après Jonquière en musique la semaine dernière, où ils ont joué devant une foule estimée à 8000 personnes, les Colocs font halte au Sherblues ce soir.

Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La vie après Les Colocs n'a pas été facile pour Mike Sawatzky. Après le décès de Patrick Esposito di Napoli en 1994, puis celui de Dédé Fortin en 2000, le guitariste du groupe mythique a dû faire le deuil d'amis très chers, mais aussi du plaisir quotidien de la création à leur côté.

« On venait de perdre le plaisir d'être ensemble, d'écrire des chansons, de les partager avec les gens. C'était la fin de tout ça et c'était vraiment triste. Mais avec le temps, j'ai quand même réussi à faire mon deuil suffisamment pour pouvoir aller jouer ces chansons-là avec le band de façon zen. Un genre de célébration de ce qui était bon, dans une envie de partage », raconte le guitariste et multi-instrumentiste qui aura fondé les Colocs avec Dédé Fortin, puis écrit et composé quelques chansons du groupe à ses côtés.

Au gré de quelques festivals au fil des années, Mike Sawatzky organise donc ses soirées retrouvailles avec plusieurs musiciens ayant collaboré avec Les Colocs de 1990 à 2000, avec les fans de la belle époque, mais aussi avec cette jeune génération qui aura raté ce rendez-vous de fin de millénaire.

« On joue pour se faire plaisir, donner une chance aux nouvelles générations de découvrir le groupe et permettre aux autres de revisiter cette musique qu'ils ont aimée », explique celui qui a ainsi sélectionné deux heures de chansons dans le répertoire. Tous les classiques s'y retrouvent, assure-t-il d'ailleurs.

« Et on les interprète pas mal de façon intégrale, sauf quelques-unes peut-être, pour lesquelles on avait fait des arrangements live à l'époque. Les gens veulent les entendre comme ils les connaissaient. »

Membres honoraires

Les partitions se retrouvent d'ailleurs sans trop d'inquiétude entre les mains des cuivres Benoît Pichette et Benoît Gagné, qui ont épaulé le groupe de 1993 à 1997, des batteurs Justin Allard et Michel Dufour, qui avaient succédé à Jimmy Bourgoing, et des membres honoraires Guy Bélanger et Élage Diouf, qui ont aussi collaboré à des époques différentes. C'est au chanteur Jason Hudon, originaire du Lac-Saint-Jean tout comme Dédé Fortin, qu'on a confié l'interprétation des chansons.

« Quand on se retrouve sur scène avec la gang, dans le plaisir, avec le public, je me dis : "Tiens, c'est vrai, on se tient, c'est toujours la gang." Je dirais que ça m'a même aidé à faire mon deuil, même si parfois, je regarde à ma droite où se tenait toujours Dédé et qu'il n'est pas là. Il me manque. Mais Les Colocs sont encore là », rappelle celui qui avait organisé les premières retrouvailles du groupe en 2009 aux Francofolies de Montréal et se plaît à les alimenter tout en poursuivant sa carrière de musicien et de producteur.

« Personne n'est là pour mousser sa carrière personnelle, note-t-il. C'est juste du plaisir pour le plaisir. Jouer enlève la peine, ça fait passer les deuils. »

Vous voulez y aller?

Les Colocs

Invités : Élage Diouf et Guy Bélanger

Ce soir, 20 h, scène principale du Sherblues

Entrée gratuite

Également au Sherblues ce soir

Carré Strathcona : Jason Bajada

Café Bla-Bla : Scarlett Jane

Boquébière : The Besnard Lakes

La Petite Boîte noire : Safia Nolin

Liverpool : Adam Karch

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer