• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Le Mexique troquera l'étoffe pour la peinture 

Le Mexique troquera l'étoffe pour la peinture

C'est vêtu de peinture que le Ballet Folclorico... (Photo fournie)

Agrandir

C'est vêtu de peinture que le Ballet Folclorico Mexicanisimo se donnera en spectacle dans la cadre du Mondial des cultures de Drummondville.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Traditionnellement, les ensembles invités au Mondial des cultures se démarquent par les couleurs et les styles de leurs tenues vestimentaires et c'est justement par cette absence de costume que le Ballet Folclorico Mexicanisimo attirera l'attention à Drummondville, au cours des dix prochains jours.

La formation mexicaine paradera dans les rues, serrera des mains et s'exécutera sur les scènes du parc Woodyatt uniquement vêtue de sous-vêtements révélateurs. Ceux qui considèrent se pointer au Mondial dans l'optique de se rincer l'oeil doivent toutefois noter qu'on utilisera de la peinture afin de couvrir les corps et de leur donner une allure spectaculaire.

« Les membres de la troupe ont besoin de près de deux heures pour se préparer à chaque spectacle et ils en offrent deux par jour. Ils passeront le plus clair des dix jours à se faire peinturer, explique la directrice artistique du Mondial, Isabelle Yaworski. Contrairement aux autres artistes, ce ne sont pas des valises de vêtements qu'ils transportent, mais des valises de peinture. »

Les habitués des formules « tout inclus » ont peut-être déjà croisé la troupe de 23 danseurs dans le cadre de leurs excursions, le Ballet Folclorico Mexicanisimo étant fréquemment sur les planches des sites de villégiature de Puerto Vallarta.

Viendra, viendra pas?

Comme c'est le cas tous les ans, l'organisation du Mondial des cultures a dû attendre jusqu'au dernier instant avant de confirmer les présences de certaines troupes. Malheureusement, le travail de certains fonctionnaires canadiens vient rendre la vie difficile au Mondial.

« Dans certaines régions du globe, le Canada ne délivre que très peu de visas et les demandes sont souvent traitées individuellement plutôt qu'en groupe. À certaines occasions, seulement la moitié des danseurs obtiennent leur permission. Parfois même, aucun d'entre eux ne peut venir », explique Mme Yaworski.

Cette année, le Mondial a dû patienter avant d'obtenir la confirmation des présences du Nkradea Dance Ensemble, du Ghana, et de la formation népalaise Falebase Rodhi Folk Dance. L'attentat perpétré en Turquie la semaine dernière a également fait craindre le pire pour la venue de l'Hacettepe University Youth Folk Dance.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer