Populaire... et pas mauvais du tout

Simon Allaire... (Fournie)

Agrandir

Simon Allaire

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Avec treize pièces présentées en salle en neuf jours, y compris des représentations adaptées pour non-voyants et malentendants, on peut dire que le 4e Festival de théâtre amateur de Victoriaville ne passera pas inaperçu.

Le président du festival et porte-parole de la troupe Quapla, Simon Allaire, est à même de témoigner du gain en popularité de ce créneau artistique. Il lui est de moins en moins difficile de dénicher des comédiens et les troupes cognent plus fréquemment à la porte afin de participer au festival.

« Nous ne mettons personne en attente, même si nous croyons que ça arrivera un jour, mais nous offrons une grande variété de pièces, allant du théâtre pour enfant aux productions internationales, en passant, évidemment, par la comédie et le drame », explique-t-il.

L'an dernier, environ 1000 personnes avaient franchi les tourniquets au cours de ses deux week-ends. Simon Allaire s'attend à ce que ce chiffre double en 2016, en grande partie grâce au bouche à oreille.

« Les gens hésitent souvent à venir nous voir pour une première fois. Il y en a plusieurs qui ne comprennent pas qu'amateur ne veut pas dire mauvais, rigole le président. Mais une fois la glace brisée, ils reviennent. »

« Lorsque j'ai choisi de relancer le festival en 2013, après 11 années d'absence, ce n'est pas parce que je sentais qu'il y avait une demande de la part du public, mais bien parce que je voulais offrir aux troupes une occasion supplémentaire de monter sur les planches. C'est une passion, c'est ce qui nous anime », conclut-il.

Simon Allaire estime que le théâtre amateur offre une proposition complémentaire à l'offre de divertissement actuelle, mais que le plaisir de jouer demeure la priorité.

Si le théâtre amateur vit et survit, c'est grâce à une poignée de passionnés qui choisissent de répéter, de gérer et de promouvoir leurs pièces après le travail ou pendant les week-ends, fait-il comprendre. Leur enthousiasme n'a comme frein que les ressources financières, mais seuls les droits d'auteurs peuvent véritablement les empêcher de monter une nouvelle pièce. Même s'ils n'ont pas accès aux moyens de promotion des grands diffuseurs et ne peuvent pas se permettre une billetterie, ils savent, en revanche, faire preuve d'une grande imagination, d'ajouter Simon Allaire.

Vous voulez y aller ?

Festival de théâtre amateur de Victoriaville

Du 25 juin au 3 juillet

Pavillon Arthabaska et centre-ville

Entrée : 15 $ par pièce; 25 $ pour deux pièces; 50 $ pour cinq pièces; 80 $ pour le passeport du festival

Spectacles extérieurs gratuits

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer