Mégantic pourra pianoter en public

Tom Quigley, professeur de musique, accordeur de pianos... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Tom Quigley, professeur de musique, accordeur de pianos et musicien reconnu, ainsi que Julie Morin, présidente de la Commission des arts, de la culture et du patrimoine de Lac-Mégantic et conseillère municipale, sont responsables du projet de Piano public à Lac-Mégantic. L'instrument a été complètement repeint aux couleurs du lac et des étoiles, par l'artiste peintre Réjeanne Théberge.

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) Lac-Mégantic pourra bientôt s'enorgueillir de joindre le mouvement des pianos publics, surtout remarqué jusqu'à maintenant dans les grandes villes du monde.

En effet, un piano offert par l'ancienne mairesse Colette Roy Laroche sera installé au coin des rues Papineau et Komery, tout près du Musi-Café (qui portera encore mieux son nom). Tout passant pourra jouer de cet instrument qui s'offrira à lui sous un auvent, protégé des intempéries. Une inscription sur le piano invitera en ces mots : « Un air, une chanson, allez-y, je suis à votre disposition... »

Ce piano a 122 ans, toutes ses dents et fait figure de véritable antiquité. Il appartenait à la famille de l'ex-mairesse, qui en a fait cadeau à la communauté de Lac-Mégantic, souhaitant ainsi apporter du réconfort pour les passants qui en profiteront pour chanter ou simplement écouter et se laisser pénétrer par les mélodies de tous les répertoires.

Le mouvement des pianos publics a vu le jour en Angleterre, en 2008, grâce à l'artiste Luke Jerram. Il y aurait déjà plus de 1500 de ces pianos publics dans le monde, dans une cinquantaine de capitales. À Paris seulement, il s'en trouve 50 disséminés un peu partout. Il y en a une douzaine à Montréal, sept à Granby - où il est prévu d'en ajouter trois autres l'an prochain - et cinq à Drummondville.

Générateur de bonheur

Professeur de musique, accordeur de piano et musicien reconnu à Lac-Mégantic, Tom Quigley mène le projet avec la conseillère municipale Julie Morin, également présidente de la Commission des arts, de la culture et du patrimoine de Lac-Mégantic. M. Quigley a accordé le piano huit fois en quelques mois, car l'instrument n'avait pas servi depuis quelques décennies. Sa conjointe, l'artiste peintre Réjeanne Théberge, a peint le lac et les étoiles sur le piano.

« Comme je m'occupe du festival Songe d'été en musique cette année, des musiciens renommés de la région de New York sont censés venir y jouer, dans de petits concerts improvisés qui vaudront la peine d'être suivis! Ce piano va créer des événements musicaux spontanés, de même que des liens entre les passants et les musiciens. C'est comme un piano magique... Une page Facebook lui sera même consacrée », révèle l'ex-enseignant de la polyvalente Montignac.

Le 22 juin, lors d'une soirée débutant à 20 h, le piano sera inauguré par une prestation théâtrale mettant en vedette Octave, déménageur spécialiste en pianos, avec un texte et une mise en scène de Guy Dostie et des chansons de l'époque du piano, interprétées par la vedette locale Kyra Shaughnessy.

Le 18 août prochain, partout au Québec, à midi, l'événement « Les pianos au diapason » fera vibrer tous les pianos publics de la province avec la chanson Quand les hommes vivront d'amour, que chanteront à Lac-Mégantic les enfants inscrits au camp d'été de l'OTJ. Il s'agit d'une invitation de la Ville de Montréal.

« Ce piano public, c'est un agent d'animation musicale, un générateur de bonheur. Il y a une longue tradition de piano à Lac-Mégantic, avec des opérettes présentées dès les années 1930! » conclut Tom Quigley.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer