• La Tribune > 
  • Arts 
  • L'Emmerdeur passe l'été à Drummondville 

L'Emmerdeur passe l'été à Drummondville

Normand Chouinard promet rires et action tout l'été... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Normand Chouinard promet rires et action tout l'été à Drummondville.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Normand Chouinard est d'un naturel sûr de lui, mais il affiche encore davantage de confiance lorsqu'il est question de la pièce L'Emmerdeur qu'il prépare en compagnie de Normand D'Amour et de son ami de longue date Marcel Leboeuf.

Ça fait maintenant un mois que la troupe répète, d'abord à raison de quelques journées par semaine, puis quasi quotidiennement, maintenant, afin d'être fin prête pour la première, qui aura lieu le 1er juillet à la Maison des arts de Drummondville. Le metteur en scène est fort satisfait de la progression de son équipe. Il faut dire que ses éléments ont tous beaucoup de métier.

Là où il y aura un peu de travail à faire d'ici le jour J, c'est dans la gestion du plateau et des différents accessoires. La pièce d'environ 80 minutes est particulièrement physique et commande beaucoup d'action.

« La direction d'acteurs va bien, mais l'aspect technique est plus difficile. La pièce se déroule dans deux chambres d'hôtel ayant une porte communicante et il y a beaucoup de va-et-vient. Les éléments de décor ont une importance capitale et on doit s'assurer que tout est en place au bon moment. On s'y assomme, on les utilise. Ça prend une gestion très serrée », analyse M. Chouinard.

Une pièce qui a fait ses preuves

Initialement intitulée Le Contrat et écrite par Francis Veber (à qui on doit aussi Le dîner de cons), L'Emmerdeur a connu un immense succès au cours des années 1970, notamment en Europe. Elle a été jouée à de nombreuses reprises et on en a d'ailleurs fait un film mettant en vedette Jacques Brel et Lino Ventura. L'oeuvre a été montée à quelques reprises au Québec, notamment dans le cadre du festival Juste pour rire, il y a une dizaine d'années.

Les producteurs ont choisi de garder intacte la majeure partie de la pièce, ce qui laissera peu de surprises aux gens qui l'ont déjà vue. Ils ont cependant modifié les dialogues trop français afin de s'assurer que les spectateurs comprennent que l'action se passe au Québec, même si le lieu exact n'est jamais mentionné.

L'histoire est celle de Milan, un tueur à gages qui doit exécuter son « contrat » depuis sa chambre d'hôtel donnant sur un palais de justice. Son voisin, François Pignon, représentant en chemises délaissé par son épouse (qui l'a quitté pour le docteur Fuchs, un psychiatre réputé), tente de se suicider en se pendant à la tuyauterie de la salle de bains et provoque une inondation.

Milan persuade le garçon d'étage de ne pas appeler la police, promettant de veiller lui-même sur le dépressif pour éviter une récidive. Il se trouve alors irrémédiablement englué dans les problèmes de Pignon au détriment de sa mission.

« Ça se bat un peu, il y a des quiproquos, des scènes de lit qui amènent des situations loufoques. C'est très très actif et évidemment très drôle », promet le metteur en scène d'expérience.

Drummondville, puis le Québec

On a prévu une trentaine de représentations à la Maison des arts cet été, avant que L'Emmerdeur ne parte en tournée à travers le Québec. Normand Chouinard ne cache pas que l'objectif est de suivre les traces du Dîner de cons, qui a connu un franc succès. Il a d'ailleurs confirmé qu'on n'avait pas détruit les décors de cette première pièce.

Les Drummondvillois auront donc l'occasion de voir en primeur un spectacle qui sera ensuite offert à la grandeur de la province. La réponse au guichet est d'ailleurs très bonne : on serait en avance sur la vente de billets de l'an dernier (et rappelons que l'aventure Boeing Boeing avait été couronnée de succès). Le metteur en scène explique en partie cette situation par la qualité de sa distribution.

« Ce sont tous des premiers choix, lance-t-il d'emblée. Ce sont des comédiens que les gens ont vu au théâtre ou à la télévision, ça donne confiance. On sait qu'ils sont bons, qu'ils ont tous un grand potentiel pour nous faire rire. »

En plus de Marcel Leboeuf et Normand D'Amour, L'Emmerdeur mettra en vedette Patrice Coquereau et Pierre-François Legendre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer