L'art qui change le monde

Nadia Legris... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Nadia Legris

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Nadia Loria Legris se décrit comme une idéaliste. Artiste interdisciplinaire originaire de Montréal, elle travaille en Estrie en utilisant les traits, les formes et les objets multipliés dans l'espoir ultime de changer le monde. Rien de moins.

« Adolescente, je voulais devenir écologiste, raconte-t-elle. Finalement, mon intérêt pour les sciences étant limité, j'ai décidé de me tourner vers la sensibilisation à l'écologie, entre autres par les arts. »

Il y a quelques années, lorsque Nadia Loria Legris a choisi de se consacrer entièrement à sa carrière artistique, ses projets ont naturellement été teintés par ses revendications environnementales, mais aussi sociales.

Récemment, la finissante au diplôme de 2e cycle en pratiques artistiques actuelles de l'Université de Sherbrooke a créé une oeuvre participative composée de végétaux déshydratés, intitulée Matières à relation, inspirée du gaspillage alimentaire.

Elle s'implique maintenant auprès du Réseau d'appui des familles monoparentales et recomposées de l'Estrie (RAME), où elle met son art au service des femmes de cet organisme qui traversent des situations difficiles.

« Je participe à un projet d'un an subventionné en très grande partie par la fondation Rouage de Montréal, explique-t-elle. Nous fabriquons des marionnettes que nous voulons mettre en scène sur la place publique pour parler des problématiques que vivent ces femmes-là. (...) Elles ont envie que l'on reconnaisse à la fois leurs besoins et leurs compétences en tant que mères. »

L'artiste souhaite que ses créations permettent de donner la parole à ces femmes qui, selon elle, n'ont habituellement que peu d'espace pour s'exprimer socialement.

« Dans une société où l'on essaie de nous faire croire que tout se résume à des chiffres, je trouve que l'art engagé, c'est de se détacher du marché pour faire un art qui est beaucoup plus humain. Dans mon cas, ça va souvent inclure les gens, soit par la participation au processus ou à l'oeuvre elle-même. L'art engagé, c'est de partager un regard. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer