La parole par le geste

Liliane st-Arnaud... (La Tribune archives, Jessica Garneau)

Agrandir

Liliane st-Arnaud

La Tribune archives, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Pour le commun des mortels, transmettre un message à l'aide de sa seule gestuelle est un exercice contrariant, mais pour Liliane St-Arnaud, chorégraphe et directrice artistique de la compagnie de danse sherbrookoise Axile, le mouvement est le plus percutant des langages.

« La danse, c'est mon élément, c'est de cette manière-là que j'arrive à traduire ce que je veux dire », résume-t-elle.

Si Liliane St-Arnaud a fait de la danse engagée son champ d'expertise depuis la fin des années 1990, ce n'est pas nécessairement parce qu'une féroce revendicatrice sommeille en elle ou parce qu'elle rêve secrètement de changer le monde.

« Je ne fais pas vraiment de l'art engagé pour dénoncer, mais plutôt pour sensibiliser le public à un enjeu, lui faire prendre conscience de quelque chose », explique-t-elle.

« Pour moi, c'est une façon de dire qu'il y a des phénomènes de société qui existent et dont on ne tient pas assez compte. Par exemple, j'ai commencé cette trajectoire-là en abordant le sujet de la surdité avec Doux silence, en 1997. C'était ma façon de dire que les personnes sourdes existent et qu'il faut en parler davantage. »

Dans sa plus récente création, L'envers de moi, la chorégraphe s'adresse aux adolescents et à leurs parents en abordant l'image corporelle et l'obsession du corps parfait. Les mouvements de danse de Mme St-Arnaud ont aussi déjà fait écho aux femmes victimes de violence, au vieillissement et à la différence.

« Quand je regarde mon parcours personnel en tant que chorégraphe, il y a toujours eu, quelque part en moi, un désir de faire bouger les choses, d'intéresser les gens à certaines réalités, de les toucher de toutes sortes de manières. Je ne sais pas si la danse a le pouvoir de changer les choses au sein de notre société, mais ce que je sais, c'est qu'elle a le pouvoir d'étonner, de toucher, de raconter, et donc de sensibiliser. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer