• La Tribune > 
  • Arts 
  • Deux hommes tout nus : entre drame et comédie 

Deux hommes tout nus : entre drame et comédie

Danielle Proulx jouera tout l'été dans la pièce... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Danielle Proulx jouera tout l'été dans la pièce Deux hommes tout nus, mise en scène par Bernard Fortin.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Avec un titre comme Deux hommes tout nus, la pièce présentée cet été au Théâtre Juste pour rire de Bromont laisse présager une comédie légère et loufoque, idéale pour la saison estivale. Si les spectateurs risquent de se bidonner, Bernard Fortin, qui signe la mise en scène, assure qu'il s'agit tout de même d'une pièce intelligente, empreinte de finesse et de bon goût.

« On aurait facilement pu tomber dans l'exagération, dans le théâtre d'été typique, mais ce n'est pas ce qu'on a fait, affirme-t-il. On se retrouve plutôt sur une espèce de crête fragile entre drame et comédie, comme la vie peut l'être parfois! »

C'est que dans cette histoire remplie de malentendus, un avocat et mari fidèle (Henri Chassé) se réveille en tenue d'Adam aux côtés de son associé (Marc St-Martin). Ni l'un ni l'autre ne sait ce qui les a menés dans cette situation embarrassante. Lorsque la femme du protagoniste (Danielle Proulx) les découvre ainsi, les deux hommes raconteront toutes sortes de sornettes pour expliquer l'inexplicable.

« N'ayant pas de vérité à révéler, les gars content des affaires vraiment drôles pour essayer de s'en sortir!, dit le metteur en scène. Je pense que le public va se sentir vraiment inclus dans cette recherche de vérité. »

Une distribution « qui allait de soi »

Lorsqu'il a vu cette pièce de théâtre (écrite par Sébastien Thiéry) pour la première fois à Paris, Bernard Fortin a aussitôt pensé aux comédiens qu'il choisirait pour en faire une adaptation québécoise réussie.

« Ça m'est venu tellement facilement, se rappelle-t-il. J'ai tout de suite eu en tête Henri et Danielle pour le couple. Ils ont beaucoup joué ensemble, alors c'est un peu comme un bon trio au hockey : avec eux, je savais où la puck irait. »

Le metteur en scène a ensuite recruté Marc St-Martin, pour sa capacité à « aller à fond dans le drame comme dans la comédie, sans rien forcer ». Quant à Marie-Pier Labrecque, la comédienne n'apparaît que dans une scène, mais offre une performance « pétillante », aux dires de Bernard Fortin.

« Ces quatre-là correspondaient parfaitement aux silhouettes et aux énergies que j'imaginais sur scène. Déjà en première lecture, ça fonctionnait », ajoute-t-il.

Pour effectuer son travail d'adaptation, Bernard Fortin, que l'on pourra voir dans la websérie Nouvelle administration à l'automne, a évidemment transformé quelques expressions et références peu québécoises du scénario. Il a également dû modifier légèrement le regard porté sur l'homosexualité.

« Dans cette pièce, on voit qu'il y a une grande ouverture sur l'homosexualité, parce que ce que la femme dit à son mari, c'est que ce n'est pas grave s'il soit gai : qu'il soit menteur, par contre, ce l'est », dit-il.

« Mais je pense qu'en France, ils sont parfois plus durs quand ils affirment des choses. Les allusions à l'homosexualité sont plus péjoratives, j'ai l'impression. À mon avis, la version québécoise est davantage dans la finesse. »

Un travail de précision

Même si Danielle Proulx a incarné plusieurs personnages dramatiques au cours des dernières années - on pense entre autres à la provocante Henriette Boulier dans Unité 9 - la comédienne ne tourne pas le dos à la comédie, qu'elle considère comme un genre ardu à maîtriser.  

« J'aime faire du drame et de la comédie, parce que j'aime explorer toutes les facettes de la vie et des personnages, mentionne-t-elle. C'est le même travail, mais plus difficile en comédie, même si ça semble cliché de dire ça! La comédie, c'est de la dentelle : c'est délicat, c'est un travail de petits détails, de précision. »

S'il y a bien un metteur en scène qui affectionne tout particulièrement ce travail de précision, c'est Bernard Fortin.

« La mise en scène, c'est comme le montage au cinéma : c'est beaucoup de fignolage. Les spectateurs peuvent avoir l'impression que les comédiens bougent comme ils veulent sur scène, mais chaque petit mouvement est excessivement réfléchi », souligne celui qui a déjà entamé l'écriture d'une nouvelle pièce, qui sera possiblement prête en janvier.  

« Quand je dirige, je me mets à la place des comédiens et je leur explique comment je vois les choses, quitte à placer exactement leur pied ou leur main de la façon que je l'imagine. Et il y a toujours une raison à ces petits détails-là. »

« Bernard, c'est un metteur en scène, mais c'est aussi un acteur, donc il connaît bien ce qu'on vit » renchérit Danielle Proulx.

Dans la peau d'Henriette

Cheveux en bataille, rides creusées, vêtements usés, dents jaunies... Danielle Proulx a repris son costume d'Henriette Boulier, la sans-abri que tout le Québec aime détester, puisque le tournage d'Unité 9 a officiellement recommencé. La cinquième saison sera diffusée l'automne prochain à l'antenne d'ICI Radio-Canada Télé.

Bien qu'elle ne puisse rien nous dévoiler sur ce qui arrivera à l'itinérante sale et puante qui sème la terreur à Liotteville, Danielle Proulx se dit aussi heureuse que les téléspectateurs de découvrir, petit à petit, les différentes facettes de ce personnage complexe.

« Le fait qu'Henriette soit instruite, qu'elle soit archéologue, ça rend ce personnage encore plus riche, encore plus profond », estime-t-elle.

L'interprète de Cornemuse souligne également l'impact social important qu'a Unité 9 au Québec, particulièrement dans les milieux carcéraux.

« On reçoit des feedbacks incroyables, autant des prisonniers que des intervenants, dit-elle. Il y a de plus en plus de jeunes qui s'inscrivent dans les écoles pour devenir intervenants en prison. »

« On s'est aussi fait dire par des gens qui travaillent en réinsertion des ex-détenus qu'avant, c'était extrêmement difficile de trouver des entreprises pour accueillir ces gens-là. L'émission a changé des choses et a fait en sorte qu'il y a maintenant une plus grande ouverture de la part des employeurs : je pense qu'ils ont pris conscience que ces gens existent vraiment et qu'ils ont besoin d'aide. »

À l'automne et au printemps prochains, Danielle Proulx intégrera également la distribution de la pièce Tribus, de Nina Raine.

Vous voulez y aller ?

Deux hommes tout nus

Théâtre Juste pour rire de Bromont.

Du 16 juin au 27 août

55 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer