• La Tribune > 
  • Arts 
  • > L'Atelier Blanc, de Montréal à L'Avenir 

L'Atelier Blanc, de Montréal à L'Avenir

La sculptrice Pascale Archambault a déménagé L'Atelier Blanc... (Photo fournie)

Agrandir

La sculptrice Pascale Archambault a déménagé L'Atelier Blanc de Montréal à L'Avenir.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(L'Avenir) Vivant une véritable histoire d'amour avec les paysages, la nature et les gens de L'Avenir, la sculptrice montréalaise Pascale Archambault a choisi d'y déménager L'Atelier Blanc, son lieu de création artistique qui avait pignon sur rue à Montréal depuis l'an 2000.

« J'adore Montréal et c'est encore ma ville, mais j'avais besoin de me retrouver, de me ressourcer, explique-t-elle. C'est lorsque les gens des Jardins lumières m'ont invitée à exposer mes oeuvres chez eux que j'ai découvert cette magnifique région. Je me suis graduellement faite à l'idée que je devais déménager L'Atelier ici ».

Après plusieurs mois de préparation, Mme Archambault a annoncé son intention de rouvrir son centre de création au mois de juillet. En plus de l'espace créatif, il y aura une salle d'exposition accessible pendant trois saisons. Elle souhaite que celle-ci devienne une galerie d'art prisée, mais aussi un lieu de rassemblement artistique au coeur de la belle campagne aveniroise.

« Après deux ans de travaux dans ma grange de L'Avenir, je fais revivre L'Atelier blanc dans un environnement où l'histoire centenaire m'inspire et stimule la création de nouvelles oeuvres », déclare la propriétaire.

En plus d'y faire ses propres exercices de création, elle invitera des artistes de diverses disciplines à l'accompagner, pendant quelques semaines, dans le cadre d'inspirantes rencontres d'échange et de partage.

« C'est un concept inspiré de mes voyages en Italie. À Montréal, il n'était pas rare que des artistes viennent créer à L'Atelier pendant quelques semaines ou un mois et je veux recréer cette magie-là ici. C'est inspirant de voir la façon de faire des autres artistes. C'est fort enrichissant », dit-elle, en précisant que le nouvel atelier est vaste et équipé d'un four à céramique.

Au fil des ans, L'Atelier fut source d'inspiration et de réalisations multiples. On y a créé des peintures, céramiques, pierres tombales, mais surtout des sculptures monumentales qui font la renommée de Pascale Archambault à l'échelle internationale. Ses sculptures se retrouvent au Québec et ailleurs dans le monde.

Des rendez-vous internationaux

À tout seigneur, tout honneur, la sculptrice sera la première à exposer ses oeuvres dans la salle appelée Galerie A. Le vernissage aura lieu le 2 juillet à 17 h, au 631, 7e Rang à L'Avenir. En parallèle, elle représentera aussi le Québec dans le cadre d'un événement artistique présenté en Argentine, en juillet. Elle y réalisera, sur place, une oeuvre monumentale. C'est la première fois depuis 1996 qu'elle mettra les pieds à Resistancia, capitale nationale de la sculpture. « Ce sera, en quelque sorte, un retour aux sources pour moi, j'ai très hâte d'y être », affirme-t-elle.

Par la suite, la nouvelle Aveniroise sera de retour au Québec pour quelques mois avant de prendre la route de Santiago au Chili, cet automne, pour participer à un autre événement à saveur internationale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer