Partenariats à la clé

Des mécanismes de collaboration et de partenariat entre... (La Tribune, Yvan Provencher)

Agrandir

Des mécanismes de collaboration et de partenariat entre le P'tit Bonheur, les Concerts de la Chapelle, le Musée de la souvenance et Le Camillois sont en développement au plan culturel, indique le maire de Saint-Camille, Benoît Bourassa.

La Tribune, Yvan Provencher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(Saint-Camille) Dernier né des lieux culturels de la petite municipalité de Saint-Camille, « Le Camillois » ouvrira ses portes d'ici la fin de la saison estivale, dans l'ancienne église de l'endroit, bâtiment acquis par la municipalité. C'est l'organisme Destination Saint-Camille qui chapeautera le tout.

« Des mécanismes de collaboration et de partenariat particulièrement entre le P'tit Bonheur, les Concerts de la Chapelle, le Musée de la souvenance et Le Camillois sont en développement au plan culturel. On ne va pas se vampiriser l'un l'autre, on ne veut pas se nuire. Destination Saint-Camille va s'assurer que tous y trouvent leur compte », indique le maire de l'endroit, Benoît Bourassa.

Le P'tit Bonheur y présentera occasionnellement des spectacles lorsqu'un espace plus grand sera requis, selon l'ampleur du spectacle. Et après les travaux d'aménagement, dès que les locaux seront accessibles, les Concerts de la Chapelle y seront présentés.

« C'est un peu triste de quitter la Chapelle Saint-Antoine, mais le changement sera positif en raison du confort des lieux, des espaces plus vastes, de l'excellente acoustique et des commodités disponibles », mentionne le directeur artistique, Jean-Pierre Harel.

Benoît Bourassa, également directeur général du P'tit Bonheur, signale que développer la culture dans de petites municipalités est un défi sans fin. « Le volet culturel s'adresse à un public restreint en milieu rural. Au P'tit Bonheur, nous cherchons à développer notre clientèle du côté d'Asbestos et de Sherbrooke pour assurer la pérennité de notre lieu de diffusion. Nous avons entrepris la mise en oeuvre d'actions concrètes. Nous faisons face à une concurrence qui s'accroît d'année en année. Pour poursuivre nos activités, il faut pouvoir innover et se démarquer avec une programmation de haut niveau tout en maintenant une régularité dans notre offre de spectacles ».

Ainsi, pour la saison d'automne, le P'tit Bonheur compte répondre à une demande maintes fois répétée en offrant la possibilité à la clientèle de manger sur place avant les spectacles avec une formule de café-bistro. « Nous constatons que les gens achètent leurs billets de spectacles de plus en plus souvent à la dernière minute, en se gardant une liberté de choix d'activités accrue. Notre nouvelle formule saura leur plaire en offrant un moment de plaisir et de détente plus complet ».

Le P'tit Bonheur, reconnu pour son originalité et sa performance dans l'offre d'activités culturelles en milieu rural, est associé au Réseau-Centre des diffuseurs du Centre-du-Québec qui compte 23 salles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer