Le coeur battant d'un village

L'artiste Richard Séguin se réjouit de l'impact des... (La Tribune, archives)

Agrandir

L'artiste Richard Séguin se réjouit de l'impact des Amis du patrimoine sur la communauté de Saint-Venant-de-Paquette. « C'est invisible mais très tangible.»

La Tribune, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ève Bonin
La Tribune

(Saint-Venant-de-Paquette) Depuis la fondation des Amis du patrimoine de Saint-Venant-de-Paquette en 1998, il en a poussé des arbres dans la Maison et des poèmes dans le Sentier. Il est difficile de s'imaginer de quoi aurait l'air la petite communauté aujourd'hui sans cette vibrante vie culturelle, sans son Musée-église, sa Maison de l'arbre et son Sentier poétique.

Un des fondateurs de l'organisme et porte-étendard de la culture à Saint-Venant, Richard Séguin, est convaincu que Les Amis du patrimoine remplissent un rôle essentiel dans la communauté. « On compte sur beaucoup de choses qui ne sont pas quantifiables. Mais les retombées d'une présence culturelle dans un milieu, je sais que ça développe l'appartenance. C'est un impact invisible mais tangible. »

Après 18 ans d'implication bénévole pour la vie culturelle du village, l'artiste est toujours étonné de constater l'ampleur de la volonté qui anime ses concitoyens. « C'est souvent porté par un petit groupe d'individus qui s'impliquent dans un but qui les dépasse, des gens qui ont plus de plaisir à donner qu'à recevoir. L'implication demeure ce qui compte le plus pour nous. Nos actions ont du rayonnement parce que c'est fait par des citoyens, bénévolement. »

Richard Séguin souligne que c'est souvent pour répondre à un intérêt manifesté chez les citoyens que l'organisme planifie ses activités. « Si t'attends après les subventions, y a rien qui se passe. C'est à nous de proposer de nouvelles avenues. On a formé l'OSBL pour répondre à la volonté des gens d'ici de reprendre l'église pour en faire un musée. »

Comme beaucoup d'organismes, Les Amis du patrimoine fait aujourd'hui face au défi du renouvellement de ses membres. « Heureusement on a commencé à s'interroger là-dessus et à préparer une relève. Ça a permis, entre autres, la renaissance de la Grande nuit de la poésie, avec 40 poètes, bénévoles eux aussi. » Il mentionne que la vie culturelle au village permet le rassemblement des générations, ce qui est de bon augure pour la poursuite de la mission des Amis du patrimoine. « De plus en plus, on combine nos forces. On met des portes entre les pièces pour qu'elles communiquent. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer