Sugar Sammy : bientôt Paris

Sugar Sammy revient présenter son spectacle En français... (La Presse, Marco Campanozzi)

Agrandir

Sugar Sammy revient présenter son spectacle En français svp! pour une énième (et une dernière) fois à Sherbrooke. Sur scène, l'humoriste parle notamment de politique, de protection de la langue française, de relations homme-femme, de hockey et de multiculturalisme.

La Presse, Marco Campanozzi

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) Sugar Sammy est revenu à Sherbrooke une fois et puis une autre pour des supplémentaires qui ne cessaient pas de s'ajouter. Cette fois, c'est la dernière des dernières. L'humoriste s'apprête à tourner une page pour entamer un nouveau chapitre du côté de la France. Dès le mois d'août, il entend consacrer toutes ses énergies à développer un public là-bas. Il ne fait pas les choses à moitié : il y passera six mois par année.

« Sortir de sa zone de confort, c'est un bon exercice pour le cerveau. J'ai envie d'évoluer, toujours. Quand je regarde mes textes d'il y a quatre ou cinq ans, je grimace un peu. Et c'est bon signe, ça veut dire que j'ai progressé. J'ai ce désir d'aller toujours plus loin, de me dépasser. Je veux m'installer en France pour y bâtir quelque chose, mais je vais revenir de temps à autre pour des shows corporatifs, pour la famille. Et pour payer mes taxes. Parce que c'est plus facile d'échapper à la mort que d'échapper à ses taxes », blague celui qui s'est déjà produit en Afrique du Sud, en Arabie saoudite, au Liban, en Chine, en Inde, à New York, en Australie et tutti quanti.

Miroir, miroir

Pour l'Hexagone, il a conçu un spectacle sur mesure, qu'il rode ces jours-ci à Montréal devant un public exclusivement composé de Français, passeports à l'appui.

« C'est essentiel parce que je veux prendre le pouls du public à qui je vais m'adresser. Mes numéros sont bâtis autour de thèmes très pointus, très français. Je vois l'humour comme un formidable miroir de la société. »

Avec toutes les tensions qu'il y a à Paris, le miroir risque de renvoyer un reflet qui n'est pas toujours flatteur.

« Ça m'allume beaucoup d'amener un point de vue critique, d'aller là où personne n'ose. Il y a en France un climat de tensions qui a toujours existé, mais qui est exacerbé par ce qui s'est passé au cours de la dernière année. Les attentats, c'est un peu l'éléphant dans la pièce... Les gens veulent en parler, ça fait partie de leurs préoccupations. Il faut juste trouver comment l'aborder. Et il faut que ce soit drôle. Ce que je veux, c'est faire rire. »

Quand même. Il y a des sujets plus délicats que d'autres. Surtout quand on pense à ce qui est arrivé du côté de Charlie Hebdo, par exemple.

« Moi, je parle beaucoup de multiculturalisme, mais je ne vais pas dans la religion, là où c'est peut-être plus heurtant. »

Baveux avoué et irrévérencieux assumé, il a l'habitude de faire réagir. Reste que la menace la plus sérieuse qu'il a reçue, c'était à Sherbrooke, juste avant un spectacle, en décembre 2014. Une enquête policière avait d'ailleurs été mise en branle, enquête dont il n'a pas eu de nouvelles depuis.

« Je me suis distancé de tout ça. Ça m'a affecté sur le coup, mais ça ne m'a jamais empêché de revenir à Sherbrooke. Jamais je ne laisserais les actions d'une personne affecter ma vision d'une ville ou d'une population. »

Jamais, non plus, il ne s'empêcherait d'aller loin dans l'humour. « Les limites, c'est le public qui les dicte. C'est très démocratique. Mon baromètre, c'est toujours le rire. Quand ça rit, je garde le gag. »

Inspector Sammy

Ce n'est pas la première fois qu'on proposait à Sugar Sammy de prêter sa voix à un personnage. Mais c'est la première fois qu'il accepte.

« Ça me tentait depuis longtemps, j'attendais le bon projet. »

Depuis peu, il est la voix française et anglaise de l'Inspector Bronco, personnage-titre de la web série propulsée par Teletoon.

Pourquoi a-t-il embarqué dans cette aventure dessinée et pas dans une autre?

« J'aimais le projet. Il y avait cette touche indienne bien présente sans être caricaturale. Il y avait aussi cet esprit des séries policières des années 1970 que j'écoutais lorsque j'étais jeune. Il y avait enfin ce côté un peu misogyne à la Roger Moore dans James Bond qui me faisait beaucoup rire. C'est chargé d'autodérision, c'est très drôle. »

Vous voulez y aller?

Sugar Sammy

En français svp!

Mercredi 1er juin 2016, 20 h

Salle Maurice-O'Bready

Entré : 54 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer