Entrevue franche avec Maryanne Côté

Maryanne Côté... (fournie)

Agrandir

Maryanne Côté

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Charlotte R. Castilloux</p>
Charlotte R. Castilloux

Journaliste stagiaire

La Tribune

(Sherbrooke) Même si ses textes sont empreints de mélancolie, la jeune sensation du web, Maryanne Côté, dégage une joie de vivre surprenante. En entrevue, on comprend immédiatement que la grande franchise de ses chansons n'est pas feinte. L'auteure-compositrice-interprète, qui vient de lancer le disque 1949, prépare une tournée pour l'automne. Les détails restent à venir, mais d'ici là, entretien franc avec une fille qui n'a pas peur de se raconter.

Comment as-tu commencé à faire de la musique?

J'ai commencé à jouer pour mes amis, ils voulaient que j'apprenne des chansons pour chanter autour des feux. Je le faisais, mais je n'aimais pas ça, reprendre des chansons. Je trouvais toujours que le chanteur l'avait mieux que moi et c'est là que je me suis dit : pourquoi ne pas écrire mes chansons? J'ai commencé à les mettre sur Facebook, c'est là que tout a explosé.

Comment est-ce que les réseaux sociaux t'ont aidée?

Je partageais mes trucs sur Facebook, et mes propres chansons marchaient beaucoup plus que mes covers. Sans Facebook, je n'aurais jamais fait ça de ma vie. Je me filmais avec mon téléphone dans mon salon. Je le faisais pour le fun, j'avais juste mes amis sur ma page, c'est pour eux et pour moi que je le faisais. Ça a commencé tranquillement, j'ai eu des abonnés, des partages et maintenant... je ne comprends rien!

On ressent beaucoup de sincérité à travers tes textes, est-ce que c'est difficile de s'ouvrir comme ça au public?

Non, je suis comme ça. Ça s'est fait tout de seul, je n'ai rien à cacher. Au début, il y avait juste mes amis sur Facebook et je leur disais la vérité, c'est peut-être pour ça que je suis aussi ouverte.

Tu invites les gens à t'appeler dans les remerciements ton album. Est-ce que ça fonctionne?

Quand j'ai écrit cette chanson, je ne m'attendais tellement pas à ça! Je l'ai composée sans penser qu'il y aurait un album. Et quand j'ai mis mon vidéo sur Facebook, j'ai eu beaucoup d'appels. Je trouve ça important d'être proche des gens comme ça. Si quelqu'un prend le temps de m'appeler ou de me texter, je vais prendre le mien pour répondre. Pour l'instant c'est correct, il n'y a pas d'abus, alors j'aime ça. Plein de jeunes viennent me demander des conseils et ça me fait plaisir de leur parler.

Est-ce que ça prend du courage pour exposer son orientation sexuelle comme tu le fais?

J'ai su que j'étais aux femmes quand j'étais petite, mais je l'ai seulement dit à 18 ans. Pour moi, ce n'est pas difficile, on dirait que je me suis tellement retenue. Ça fait partie de ma vie, c'est rendu normal pour moi. Un chanteur va dire à sa femme que c'est la plus belle; pourquoi moi je ne pourrais pas dire que c'est la mienne, la plus belle? Je me dis aussi que je ne suis pas la seule dans cette situation et qu'il y a sans doute des gens qui se reconnaissent.

Ton ex a inspiré plusieurs chansons de l'album et tu dis que cette rupture est un « mauvais mal pour un bien ». Pourquoi?

Presque toutes les chansons de l'album sont pour elle. Si je n'avais pas connu cet amour-là, je n'aurais peut-être pas commencé à jouer de la guitare et à écrire des compositions. Si ça avait été quelqu'un d'autre est-ce que je serais rendue là? Je la remercie parce que si j'ai mon album, c'est un peu à cause d'elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer