• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Sylvie Paquette couche sa voix sur les mots d'Anne Hébert 

Sylvie Paquette couche sa voix sur les mots d'Anne Hébert

Sur son nouvel album, Terre originelle, la chanteuse... (Cindy Boyce)

Agrandir

Sur son nouvel album, Terre originelle, la chanteuse Sylvie Paquette a laissé toute la place aux poèmes profonds d'Anne Hébert en leur apposant des mélodies simples, tout en retenue.

Cindy Boyce

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Au Québec, les écrits des grands poètes ont souvent été célébrés : que l'on pense à Gaston Miron, Roland Giguère, Hector de Saint-Denys Garneau ou Félix Leclerc, ces hommes de lettres ont tous reçu de vibrants hommages depuis leur décès. On ne peut cependant pas en dire autant des femmes qui ont marqué la poésie.

La chanteuse Sylvie Paquette a eu envie de remédier à la situation avec son nouvel album intitulé Terre originelle, sur lequel elle met en musique les puissants mots d'Anne Hébert, qui fêterait cette année son centième anniversaire.

« J'ai toujours accordé beaucoup d'importance aux paroles des chansons et j'ai souvent mis des mélodies sur les mots des autres, indique Sylvie Paquette. Mais il y a quelques années, j'ai eu envie de travailler à partir des textes d'une grande poète, parce que je trouvais qu'on entendait presque seulement parler des poètes masculins. »

« Comme beaucoup de gens, je connaissais les romans d'Anne Hébert, mais pas vraiment sa poésie.

Quand j'ai commencé à lire ses poèmes, j'ai vraiment eu un coup de coeur pour ses écrits, pour leur intensité. Quand on lit sa poésie, je trouve qu'on est au coeur de ce qu'elle écrit de plus fort, de plus puissant. »

En 2012, l'auteure-compositrice-interprète crée une première chanson à partir du poème Marine, écrit par Anne Hébert en 1941. Ce morceau se retrouvera d'ailleurs sur son cinquième album en carrière, Jour de chance. Mais la chanteuse désire plonger encore plus profondément dans l'oeuvre de l'auteure québécoise la plus étudiée dans le monde.

« Au fil des mois et des années, je continuais de lire les recueils de poésie d'Anne Hébert, et à un moment donné, un poème me rejoignait. J'y travaillais un peu tous les jours, et en jouant de la guitare, la musique finissait par venir à moi de façon très naturelle. C'est comme si la musique avait envie d'épouser le poème soudainement, qu'il s'agissait juste d'être là au bon moment. »

Des écrits inspirants

À force d'écouter ainsi son instinct et de se laisser inspirer par les mots de cette figure majeure de la littérature québécoise, Sylvie Paquette a fini par coucher sa douce voix sur une dizaine de poèmes d'Anne Hébert.

« Composer de la musique sur un poème, on dirait que c'est fluide pour moi, explique-t-elle. Et pourtant, la poésie, ce n'est pas comme un texte de chanson, surtout celle d'Anne Hébert : c'est de la prose, alors il n'y a pas de rimes nécessairement. »

Il y a deux ans, la chanteuse réalise que 2016 sera l'année du centenaire d'Anne Hébert : une occasion idéale pour enfin sortir l'album qui commençait à prendre forme sous ses yeux. Elle contacte alors Michel Bélanger, fondateur de la maison de disques Audiogram, et entreprend officiellement l'enregistrement de son disque.

Sylvie Paquette a aussi fait appel au conteur Michel Faubert pour chanter en duo avec elle sur la nouvelle version de Marine.

« J'avais envie d'inviter une voix d'homme pour que ça devienne un hommage pluriel, avec deux entités vocales complètement différentes. J'ai pensé à Michel parce que je cherchais quelqu'un avec qui je n'avais jamais chanté et qui portait les mots d'une très belle façon [...] Ç'a été un moment très fort en studio, très émouvant. »

Un hommage en tout respect

Tout au long de sa démarche, Sylvie Paquette a toujours eu à coeur de ne pas dénaturer les écrits d'Hébert.

« C'est sûr que mon principal souci, c'était de respecter le plus possible les poèmes, affirme-t-elle. Oui, la musique, ça donne une couleur, ça ajoute une certaine émotion aux mots, mais j'ai essayé de garder les mélodies très simples, pour qu'elles soient au service du poème. »

L'artiste tenait également à dresser un portrait fidèle de l'ensemble de l'oeuvre de la poète, en ne mettant pas une seule période en lumière.

« Les poèmes que j'ai choisis partent vraiment de son premier recueil, Les songes en équilibre, jusqu'à Poèmes pour la main gauche, qui est sorti en 1997. J'ai aussi sélectionné des textes inédits, qui sont moins connus, comme Fragments et Recueillement. »

Le titre de l'album, Terre originelle, est non seulement l'intitulé d'un des poèmes que l'on retrouve sur le disque, mais constitue aussi une expression lourde de sens pour Sylvie Paquette.

« Quand Anne Hébert a écrit Terre originelle, elle faisait référence à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, là où elle a passé presque toute son enfance [...]. J'ai d'ailleurs pu me rendre là-bas à plusieurs reprises, et j'ai ressenti cette terre originelle. »

« Mais je trouvais aussi que ce titre-là portait quelque chose de grand, qu'il faisait référence à plein de choses, dont le fait de protéger notre planète, de préserver son côté naturel si on veut qu'elle demeure. Je trouvais que ce titre-là ramassait bien toute la proposition de l'album. »

Une tournée à l'automne

Dans le cadre du colloque international Anne Hébert, le centenaire, qui se tiendra à Sherbrooke et à Montréal les 7, 8 et 9 juin, la Galerie d'art du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke et le Centre Anne-Hébert présenteront l'exposition La détermination d'un regard du 7 juin au 7 août. Les visiteurs pourront y admirer des tableaux du poète et peintre Hector de Saint-Denys Garneau, petit-cousin d'Anne-Hébert, ainsi que plusieurs archives littéraires de l'auteure.

Sylvie Paquette sera présente au vernissage de cette exposition le 7 juin, dès 17 h, pour interpréter quelques pièces de son nouvel album.

La chanteuse prévoit ensuite partir en tournée dès l'automne. « Je veux créer quelque chose sur scène qui va être aussi un poème en soi », conclut-elle.

Discographie

1993    Soul propos

1997    Oser

2001    Souvenirs de trois

2007    Tam-tam

2013    Jour de chance

2016    Terre originelle

Vous voulez y aller?

Vernissage de l'exposition La détermination d'un regard

Mardi 7 juin, 17 h

Galerie d'art du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke

Entrée gratuite

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer