Le cirque entre au Centre culturel

Plusieurs artistes qui défileront sur la scène du... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Plusieurs artistes qui défileront sur la scène du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke au cours de la saison 2016-2017 ont assisté mardi au dévoilement de la programmation rendue publique par le directeur général Mario Trépanier, que l'on aperçoit au centre à l'avant-plan.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) Belle nouveauté du côté du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke (CCUS) qui, en 2016-2017, ajoute un volet «Cirque» à son bouquet d'abonnements.

«Ça fait longtemps qu'on avait le goût d'essayer : on se lance avec une série de trois beaux spectacles», explique le directeur général du CCUS, Mario Trépanier, dans la foulée du lancement, hier, de la nouvelle programmation tricotée avec son équipe.

L'art circassien, explique-t-il, se démarque par son inventivité et par la largesse qu'il permet.

«On a programmé différents spectacles de cirque ces dernières années et les réactions étaient toujours très favorables. Les gens étaient souvent soufflés de constater la qualité des performances et la force des interprètes, qui sont de véritables athlètes. Pour moi, c'est un univers où cohabitent plusieurs disciplines. Dans un spectacle de cirque, il y a tous les possibles, du plus traditionnel jusqu'au plus poétique.»

Flip FabriQue, Machine de cirque et le Cirque Éloize sont les trois compagnies qui seront au menu, que le directeur général espère présenter d'année en année.

«On fait un test en proposant les trois pour 109 $. L'offre en cirque est intéressante, mais elle n'est pas toujours si généreuse, parce que les artistes partent parfois en tournée à l'extérieur du pays, donc ils ne sont pas nécessairement libres pour se produire ici. Le grand défi, pour nous, il est là.»

Offre plurielle

Les autres séries, Chanson, Mercredi au théâtre, Grandes sorties au théâtre, Humour et À la carte sont toujours offertes au coût de 175 $ pour cinq spectacles.

«On y va dans la continuité, sauf pour la série Chanson, où on a décidé de rebrasser un peu la soupe. C'est un secteur plus difficile depuis quelques années. On a pensé dynamiser l'abonnement en offrant cinq spectacles tissés de grands succès qui ont su traverser le temps.»

En d'autres mots, ce sont les revues musicales et les spectacles hommages qui sont à l'honneur : American Story Show (avec Kim Richardson, Marc-André Fortin et Rick Hugues), The Abba Generation, Orchestra! (avec le Beatles Story Band), 100 ans de Sinatra (avec Alain Dumas) et Piaf! Le spectacle (porté par la comédienne Anne Carrère).

Les artistes en chanson ne sont pas en reste, puisque la série À la carte leur fait part belle. Ariane Moffatt, René Simard, le collectif Sept jours en mai, Alain-François, Tocadéo, Mario Pelchat, Bruno Pelletier, Marie-Denise Pelletier, Sally Folk, Les soeurs Boulay, le duo Brigitte Boisjoli et David Thibault ainsi que le collectif La fièvre du country sont tous au programme.

Au chapitre de l'humour, c'est Alexandre Barrette, Mariana Mazza, Peter MacLeod, Jean-Michel Anctil et Claudine Mercier qui sont les cinq têtes d'affiche de la série. D'autres noms s'ajoutent aux spectacles À la carte, dont Simon Leblanc et Fabien Cloutier, deux talents à découvrir, insiste Mario Trépanier.

Du théâtre pour les mordus

Gros morceau chaque année, la palette théâtrale regorge encore une fois de petits bijoux. Et de grandes productions.

«Le théâtre, c'est mon dada premier. C'est un milieu que je connais, un genre que je maîtrise bien», note le directeur, qui célèbre les 20 ans de ses Mordus de théâtre (pour le public étudiant et adolescent) en même temps que les 20 ans des sorties du TNM.

Tartuffe (TNM) et Encore une fois, si vous permettez (Jean Duceppe), avec Guylaine Tremblay, seront présentés sur la grande scène, tout comme la pièce La liste de mes envies, adaptée du roman de Grégoire Delacourt et Le tour du monde en 80 jours, une production à grand déploiement dans laquelle le metteur en scène Hugo Bélanger a pu mettre sa griffe créative à profit. «Il a eu les moyens de ses ambitions, c'est vraiment un beau projet d'envergure.»

La danse, créneau laissé en plan par la fin de la programmation professionnelle au Théâtre Centennial, pourrait-elle devenir une niche prisée par le CCUS?

«Honnêtement, je ne sais pas. Tout ça est trop frais encore», résume Mario Trépanier.

Celtic Legends et Ballet BC sont néanmoins au programme l'an prochain, tout comme les concerts de l'OSS et les spectacles jeunesse de la série Choux-Bizz. Pour tout connaître de la programmation, le plus simple, c'est encore de visiter le site web : centrecultureludes.ca

La Petite Salle reprend du service

Certains le savent, d'autres pas, mais sous le parterre de la salle Maurice-O'Bready, il y a une autre salle, qui servait autrefois aux compagnies de théâtre de la région et aux étudiants de la défunte Option théâtre. Elle n'était pas beaucoup utilisée ces dernières années, mais ça pourrait changer.

«On y a programmé des spectacles de notre série Arrière cours dernièrement, et ça a bien fonctionné, révèle Mario Trépanier. Certains producteurs souhaitaient des contextes de spectacle plus intimes pour le rodage. Après avoir regardé nos options, on s'est dit que la Petite Salle était parfaite pour ça, puisque c'est un endroit fermé et bien insonorisé qui peut accueillir une centaine de personnes.»

Les humoristes Fred Dubé, Louis Champagne et Martin Perizzolo ainsi que les auteurs-compositeurs-interprètes Fanny Bloom et Dimoné présenteront leur tour de piste dans le ventre de l'endroit souterrain.

Benoît Brière... (Spectre Média, Jessica Garneau) - image 2.0

Agrandir

Benoît Brière

Spectre Média, Jessica Garneau

Ce qu'ils ont dit

Benoît Brière, au sujet de la pièce de théâtre Tartuffe, dans lequel il interprète le personnage d'Orgon :

« Denis Marleau, qui fait la mise en scène, a décidé de transposer la pièce à l'époque de la Révolution tranquille, ce qui est fort intéressant, parce qu'on sait qu'il y avait tout un mouvement de remise en question quant à la religion et à la foi à ce moment-là. »

« Dans la pièce, Tartuffe va s'amuser à enfirouaper bien comme il faut Orgon. (...) C'est comme si mon personnage, Orgon, était comme ces jeunes qui sont en quête d'identité, de vérité, qui finissent par se faire enfirouaper par certains fiers enfirouapeurs et qui décident de partir pour des pays où la guerre est de mise. »

Brigitte Boisjoli et David Thibault... (Spectre Média, Jessica Garneau) - image 3.0

Agrandir

Brigitte Boisjoli et David Thibault

Spectre Média, Jessica Garneau

Brigitte Boisjoli, en parlant de son spectacle Sur la route du Tennessee, qu'elle présentera en duo avec David Thibault :

« J'avais quand même vu David quand il a commencé à faire son Blue Christmas, sur Internet. J'ai fait comme : ''Wow, c'est une bête ce petit gars-là, je veux chanter avec!'' »

« On s'est dit pourquoi pas aussi unir les deux univers d'Elvis et de Patsy Cline. (...) En plus, ça nous permet de faire des grandes salles, alors c'est un plaisir pour nous. Ça va être beaucoup de musiciens, beaucoup de surprises : ça ne sera pas un show tranquille! »

Grégory Charles, questionné sur son spectacle Virtuose, mettant en vedette les jeunes musiciens de talent ayant participé à l'émission du même nom :

«Le show lui-même est extrêmement éclaté : il y a là-dedans des tounes impossibles à jouer, que [les musiciens] jouent quand ils ont neuf, dix, onze, douze ans et pour lesquels je les accompagne, mais il y a aussi les plus beaux airs de la musique. Les kids se sont dit (...) : ''On va faire plaisir au monde''. »

« J'ai entendu des kids dire des affaires que je pensais qu'il y avait juste des adultes qui disaient, genre : ''On va faire pleurer des madames''! Et ils ont raison que ça fait pleurer, parce qu'il n'y a rien de plus réjouissant dans la vie que de découvrir un talent exceptionnel. »

Marie-Denise Pelletier... (Spectre Média, Jessica Garneau) - image 4.0

Agrandir

Marie-Denise Pelletier

Spectre Média, Jessica Garneau

Marie-Denise Pelletier, sur son spectacle rétrospectif dans lequel elle chantera en compagnie du Choeur Campus de l'Université de Sherbrooke :

« L'an dernier, je fêtais mes trente ans de carrière. (...) Alors on s'est dit pourquoi pas, vu que la chanteuse a trente ans, faire un spectacle dans ce sens-là. J'ai quand même endisqué plus de 125 chansons, j'avais une palette très large, un beau choix, qui n'a pas été si facile que ça. »

« C'est sûr qu'il y a des incontournables : j'ai quand même eu quatorze numéros un dans ma vie. Mais ce n'était pas facile. J'ai laissé de côté certaines chansons que j'aurais voulu faire, mais j'aurais eu un show de trois heures et demie! »

Alexandre Barrette, à propos de son deuxième one-man-show, Imparfait :

« Je pense que l'humour réside surtout dans les échecs, les failles de la vie. (...) Contrairement au premier show, dans le deuxième, j'ai décidé d'aborder plus des failles, des traits de caractère que j'aimerais changer, certains épisodes de ma vie qui sont des échecs, des catastrophes. Je me suis dit : ''J'enlève toute pudeur, j'amène ça sur scène''. Et à date, je suis content, parce que ça rit. Les bouts qui sont les plus vrais et les plus personnels sont ceux qui ont les plus gros rires. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer