• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Michel Faubert : des histoires qui bercent notre inconscient 

Michel Faubert : des histoires qui bercent notre inconscient

Michel Faubert sera en spectacle au Centre d'art... (Archives, La Presse)

Agrandir

Michel Faubert sera en spectacle au Centre d'art de Richmond ce soir pour présenter son livre-disque Contes, une sélection de contes et de complaintes de son répertoire des vingt dernières années.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Montambeault
La Tribune

(RICHMOND) Un voyage dans le merveilleux, le mystère et la magie. Voilà ce que propose le conteur et chanteur Michel Faubert avec son nouveau livre-disque, intitulé sobrement Contes, qu'il présentera ce soir au Centre d'art de Richmond dans un spectacle-bénéfice au profit des Contes du Réfectoire.

Dans cette oeuvre, Faubert a réuni des contes traditionnels qu'il raconte depuis des années, des complaintes de son répertoire ainsi que des récits complètement inédits, composés à partir d'anecdotes personnelles.

On peut notamment y lire et y entendre son conte fétiche, La fille aux mains coupées, le premier sur lequel il a travaillé au début des années 1990. Bien que l'origine de cette histoire remonte au Moyen Âge, la version relatée par Michel Faubert est inspirée de celle d'un pêcheur gaspésien.

« C'est un conte sur le remords de quelqu'un qui a posé un geste très dur, raconte-t-il. Mais c'est aussi un récit de guérison, avec une fin heureuse, comme tous les contes traditionnels [...]. Il y a tout ce que je peux aimer dans cette histoire-là, comme dans les contes de Grimm que je lisais quand j'étais petit. »

Les récits traditionnels occupent une place importante dans le coeur de cet artiste. Selon lui, les conteurs sont très présents au Québec, mais on ne peut malheureusement pas en dire autant des contes.

« Bien souvent, les gens racontent, mais pas nécessairement des contes : ce sont plutôt des récits de vie, précise-t-il. Moi, je pense que c'est important de continuer aussi à raconter des contes avec des titres, transmis de bouche à oreille depuis des générations et qui commencent par il était une fois. »

« Je pense que ces histoires-là font partie de notre inconscient. Dans les anciens contes, il y a des images, des symboles et des émotions qui ont traversé les siècles. Et si on ne les rencontre pas dans les livres ou dans notre vie de tous les jours, on les rencontre encore dans nos rêves. »

Raconter pour «apprivoiser nos peurs»

Michel Faubert aime transporter son public dans l'univers du rêve, mais ses récits nous plongent aussi souvent dans le cauchemar. Le conteur ne cache pas son attirance pour le côté sombre des légendes, qu'il côtoie fréquemment en abordant des thèmes comme la misère, la trahison et la mort.

« J'aime les contes avec un côté nocturne, peut-être parce que ce sont des histoires qui permettent de parler de la mort dans une société où on a de plus en plus de difficulté à vivre avec ça », avance-t-il.

« Les contes de tous les temps, que ce soient les contes merveilleux ou fantastiques, ont entre autres servi à apprivoiser nos peurs, à explorer des zones réputées dangereuses et à en ressortir avec un peu de lumière. J'ai toujours aimé ça. »

Michel Faubert profitera aussi de son passage à Richmond ce soir pour chanter quelques complaintes a cappella. Tous les profits de la soirée iront aux Contes du réfectoire, une initiative visant à renforcer la présence du conte dans la région.

« Je pense que c'est important de tenir la parole vivante, que le conte continue d'être transmis, particulièrement dans les villages où il a tellement grandi et évolué au fil du temps », conclut le conteur.

Vous voulez y aller?

Michel Faubert

Les Contes du Réfectoire

Ce soir, 20 h

Séance de dédicace à 19 h

Centre d'art de Richmond

Entrée : 20 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer