Graphistes hors les murs

L'artiste graphiste Vanessa Duval est aussi la propriétaire... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

L'artiste graphiste Vanessa Duval est aussi la propriétaire de l'agence Studio Couleur Vive qui chapeaute l'exposition collective Animal. Elle accrochait ses oeuvres jeudi en compagnie de sa consoeur Karine Bernier.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le graphisme est-il un art au même titre que la peinture, la photographie ou la performance ou plutôt un simple moyen de communication? C'est un débat qui ne date pas d'hier, qui ne va pas s'arrêter ni se régler aujourd'hui et qui a ce pouvoir étrange d'enflammer les discussions des gens du milieu.

Mais la quinzaine de participants à l'exposition collective Animal que l'on inaugure vendredi soir au centre-ville de Sherbrooke ne souhaite pas tant se plonger dans la controverse que de partager pendant deux semaines les résultats de leur réflexion respective (et artistique) sur le thème animalier.

« C'est un thème développé avec l'auteure Véronique Grenier, après lecture de son livre Hiroshimoi. On discutait de la récurrence des références animales dans ses écrits, mais aussi dans la vie et le quotidien de façon générale : ''Faire des yeux de vache, traiter quelqu'un comme un chien... '' On réalisait que c'était présent et troublant. On a pensé créer du graphisme à partir de ça, et finalement, ça a tourné en expo collective avec un paquet d'amis », raconte Vanessa Duval, organisatrice de l'événement, propriétaire de Studio Couleur Vive, graphiste de tête et de coeur.

Vanessa Duval expose d'ailleurs trois oeuvres dans cette expo, toutes tirées de la dernière phrase de Hiroshimoi, « My own Guantanamo ». « C'est une de ces phrases qui te rappellent qu'on est caves de s'enfermer dans certains patterns, certaines façons de faire. On s'encage carrément. Ça me parlait », raconte Vanessa Duval, qui en est à sa troisième collaboration avec Véronique Grenier, après la création de l'image du nouveau restaurant Petite Maison de Danny Saint-Pierre à Montréal et de la ligne du Linge mou lancée au cours des derniers mois.

Carrefour manquant

Pour cette Sherbrookoise de retour dans son patelin après un exil de quelques années dans la métropole, ces collaborations, cette expo collective et la pile de projets qui fermentent dans sa boîte à idées sont aussi et même beaucoup associées à un désir commun de plusieurs créateurs de participer à l'essor artistique et communautaire de Sherbrooke.

Vanessa Duval fait référence en effet à un texte de l'auteur Patrick Nicol, où ce dernier regrette que Sherbrooke ne possède pas suffisamment de ressources pour créer un coin Ste-Catherine et St-Denis tout en créativité.

« J'ai pleuré, ça me faisait de la peine, avoue-t-elle. À Montréal, tu organises quelque chose, ça va être plein. Ici, on se laisse arrêter par nos complexes, on manque de confiance, alors que si on allie nos talents et nos désirs, on peut créer quelque chose de vraiment bien. On peut sortir des sentiers battus, proposer aux Sherbrookois et aux visiteurs des trucs vraiment cool. »

Un truc aussi cool qu'un collectif de graphistes de talent présentant des oeuvres d'inspiration animalière... très artistiques.

Vous voulez y aller?

Vernissage d'Animal Exposition collective

Vendredi 1er avril, 17h

Bloma Fleuriste - Art Floral

87, rue Wellington Nord

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer