• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Retour aux années 70 pour aider le Centre d'art de Richmond 

Retour aux années 70 pour aider le Centre d'art de Richmond

Chloé Sainte-Marie sera sur scène le 9 avril.... (Archives, La Presse)

Agrandir

Chloé Sainte-Marie sera sur scène le 9 avril.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Montambeault
La Tribune

(RICHMOND) La fièvre des années 70 s'emparera du Centre d'art de Richmond le samedi 2 avril, lors de la soirée-bénéfice annuelle de l'organisme. Se déroulant sous le thème de la décennie hippie, cet événement servira à collecter des fonds pour les différentes activités du centre culturel.

La soirée commencera à 18 h 30 avec un cocktail dînatoire concocté par le restaurant Le Bouchon de Sherbrooke, suivi à 20 h d'une danse aux sons des plus grands succès des années 70.

« Il va y avoir plusieurs artistes en performance, dont Bïa et Mamselle Ruiz, note Nancy Pelletier, directrice générale du Centre d'art. On a aussi quelques invités spéciaux, qu'on garde comme surprises! »

« On invite les gens à venir déguisés! suggère-t-elle. Il va y avoir des prix au courant de la soirée, dont un pour le meilleur costume. »

Des billets sont toujours disponibles pour l'événement, à 100 $ pour la soirée entière ou à 45 $ pour la partie dansante. Au total, la direction du Centre d'art espère amasser entre 8000 et 10 000 $ pour financer ses activités de diffusion et son école de musique.

Chose certaine, les fonds récoltés ne serviront plus à entretenir le bâtiment abritant le centre culturel, dont la gestion est désormais sous la responsabilité de la Corporation du couvent du Mont Saint-Patrice.

« Cette année, les gens peuvent vraiment se fier que l'argent va aller à la culture et non à la toiture! » rigole Mme Pelletier.

Chloé Sainte-Marie chante la poésie québécoise

La semaine suivante, le 9 avril, la chanteuse et actrice Chloé Sainte-Marie sera de passage au Centre d'art pour présenter son spectacle intitulé À la croisée des silences, inspiré de son livre-disque du même nom.

Accompagnée des deux musiciens multi-instrumentistes Réjean Bouchard et Gilles Tessier ainsi que du choeur Daveluy de Victoriaville, Sainte-Marie offrira des chansons basées sur les textes de ses poètes québécois favoris.

Guérisseurs

En interprétant les vers de Jean-Paul Daoust, d'Anne Hébert et de Fernand Ouellette, elle espère transmettre son amour de la poésie au public, et surtout, lui faire découvrir le pouvoir guérisseur des mots.

« J'ai traversé une longue croisade avec mon mari, Gilles Carle, qui a été malade pendant 17 ans, (...) et les mots ont été mon exutoire, raconte-t-elle. Sans la poésie, je n'aurais pas passé au travers. »

« Par exemple, quand j'ai lu Lassitude de Saint-Denys Garneau, ç'a été un baume sur ma douleur. Et c'est pareil pour tous les poèmes que je chante. (...) La poésie, ça transcende le quotidien, ça nous élève dans autre chose que dans cette réalité qui parfois est très dure. »

La chanteuse se fait très enthousiaste à l'idée de performer au Centre d'art de Richmond, qu'elle qualifie de « lieu magique ». « En plus, c'est un ancien couvent, et je chante en latin, alors c'est tout à fait propice! », souligne-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer