Des Belles-soeurs qui ont du «rythme»

Jean-Claude Gosselin a fondé la troupe Théâtre-Renaissance à... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Jean-Claude Gosselin a fondé la troupe Théâtre-Renaissance à Magog. On l'aperçoit ici en compagnie de trois comédiennes qui joueront dans la pièce Les belles-soeurs, qui sera présentée au Théâtre Magog à partir de ce soir.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Associé au monde du théâtre depuis plus d'un demi-siècle, le metteur en scène Jean-Claude Gosselin peut maintenant se vanter d'avoir monté la pièce Les belles-soeurs dix fois au cours de sa carrière.

La troupe qu'il dirige, Théâtre-Renaissance, présentera Les belles-soeurs dès demain, et ce, pour quatre soirs au Théâtre Magog. Une quinzaine de comédiennes ont été recrutées pour cette pièce.

«J'ai plié bagage et quitté le monde du théâtre pendant un petit moment, souligne Jean-Claude Gosselin. Mais je suis revenu pour faire des pièces avec lesquelles on a déjà eu du succès à Magog. L'an passé, on s'est attaqué aux Voisins et, cette année, on reprend une oeuvre de Michel Tremblay très bien connue du public.»

Affirmant affectionner le «terroir», le metteur en scène est attaché à la mythique oeuvre de Tremblay. «J'aime quand il y a du rythme au théâtre et cette oeuvre en a. On sent vraiment que les personnages veulent se défouler. Ils ne se censurent pas du tout», remarque-t-il.

D'après lui, malgré l'évolution de la société québécoise, les thèmes abordés dans Les belles-soeurs demeurent d'actualité. «Les problèmes vécus aujourd'hui restent semblables sur le fond.»

En dépit des qualités de la pièce, le metteur en scène avoue avoir eu un peu de mal à trouver toutes les comédiennes nécessaires pour Les belles-soeurs. «Je ne suis plus dans le réseau comme avant. En plus, à l'époque où j'étais enseignant à La Ruche, plusieurs de mes élèves se joignaient à ma troupe, après leur secondaire, et continuaient de travailler avec moi pendant des années par la suite», explique-t-il.

Des femmes motivées

L'une des comédiennes, Huguette Bédard, admet qu'elle vit présentement un rêve en compagnie de la troupe Théâtre-Renaissance. «C'est la première fois que je fais du théâtre. Les belles-soeurs et son auteur m'ont toujours fascinée. J'ai embarqué dans cette aventure avec bonheur. Je rêvais de jouer cette pièce», confie-t-elle.

Sa compagne de jeu Diane Lemieux note que les personnages ont des profils variés, ce qui donne du relief à l'oeuvre. «Il y a la vieille fille, la snob qui a voyagé un peu, l'aidante naturelle, la prostituée et toute une série d'autres encore», énumère-t-elle.

Aussi interpelée par le texte, la comédienne Armandine Huard confie pour sa part qu'elle se sent en confiance avec Jean-Claude Gosselin à la tête du groupe. «C'est un homme exigeant, mais c'est une qualité pour un directeur de théâtre. Je sais que, grâce à lui, on arrivera à un résultat intéressant à la fin», déclare-t-elle.

«J'ai eu Jean-Claude comme professeur à l'école secondaire, enchaîne la comédienne Marie-Claude Poulin. Il ne veut pas qu'on se plante sur scène et il prend les moyens pour qu'on réussisse.»

Vous voulez y aller!

Les belles-soeurs

Les 1er, 2, 8 et 9 avril, 20 h

Théâtre Magog

125, rue Principale Ouest

Entrée : 15 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer