• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Tim Brink : « Le choix du public m'a ému! » 

Tim Brink : « Le choix du public m'a ému! »

Tout comme les 24 autres finalistes de La... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Tout comme les 24 autres finalistes de La voix cette année, Tim Brink a eu droit à sa plaque soulignant le disque d'or (40 000 exemplaires vendus) obtenu par l'album en seulement trois jours. Tim y chante la chanson de son audition à l'aveugle, Hard to Handle des Black Crowes.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Le mot « tourbillon » est faible pour décrire ce que vit Tim Brink depuis une dizaine de jours. La semaine précédant le direct de dimanche dernier avait déjà été si folle que le chanteur de Lennoxville s'était retrouvé aphone vendredi, soit deux jours avant son interprétation de Marie-Stone devant les coachs de La voix. Depuis sa prestation où il a terminé deuxième, c'est toute la controverse entourant le pointage d'Ariane Moffatt qui le submerge et fait se multiplier les demandes d'entrevue (voir autre texte).

Au point où Tim a lancé hier un appel au calme sur sa page Facebook. Les commentaires homophobes à propos de sa coach l'ont particulièrement affecté.

« Le bashing, je ne suis pas capable, insiste-t-il. C'est débile comment le monde peut être trash! Les gens ont le droit d'être mécontents et en désaccord, mais il faut rester respectueux. Je comprends les gens qui se plaignent que leur vote n'a pas compté pour grand-chose, mais ce que je souhaite qu'ils retiennent, c'est qu'il a énormément compté pour moi! Leur choix m'a vraiment ému et je leur en suis très reconnaissant. »

Ce qui ne signifie pas qu'il n'a pas été déçu de la répartition du pointage par Ariane. « Je lui ai dit, d'ailleurs. Elle m'a texté hier [lundi] pour clarifier les choses. Ce n'est pas qu'elle ne me trouvait pas bon ni qu'elle avait une mauvaise intention. C'est quand même quelqu'un d'intègre. Je l'aime encore et je ne regrette pas mon choix de coach. Ariane m'a quand même appuyé depuis le début. Son pointage était raide, mais elle voulait que son choix soit noir sur blanc, pas beige. Je pense qu'Ariane voit aussi en Amélie Nault une personne avec qui elle pourrait travailler après le concours. Quant à moi, c'est la prestation du moment qu'il faut évaluer, pas ce qui va arriver après », estime-t-il.

« J'aurais aussi aimé poursuivre le travail avec Ariane parce que je l'avais choisie pour qu'elle me sorte de ma zone de confort. L'électro et la pop, j'aurais eu envie d'essayer ça. Mais pour l'expérience globale de La voix, je suis super heureux. Je suis reparti la tête haute. J'ai donné mon 110 pour cent. »

En montrer à Travis

Depuis le début de son aventure à La voix, Tim Brink a dû se battre contre des débuts de nodules sur ses cordes vocales, apparus il y a environ six mois.

« Le meilleur remède pour ça, comme me l'a recommandé mon médecin, c'est le repos, mais je n'ai jamais vraiment pu trouver le temps. Je n'ai donc jamais été complètement au sommet de ma forme ni de mes capacités vocales. Ça attaque ton ego et ton moral quand tu ne peux utiliser ton principal outil qu'à moitié. J'estime que j'étais à 60 pour cent de ma voix dimanche. Si j'avais été reposé, j'aurais peut-être réussi à atteindre certaines notes et à aller chercher mon p'tit Travis! Je lui aurais montré que le vieux est encore capable! » lance-t-il à la blague.

Il faut dire que la semaine précédant le premier direct a été la plus exigeante de sa vie, estime l'ancien chanteur de Pete Moss. « Des entrevues à Salut bonjour et Denis Lévesque, un spectacle-bénéfice à l'Université Bishop' s, des journées de répétition complètement folles à chanter pendant huit heures... Mais j'ai eu l'appui de mes collègues, qui voyaient que j'avais un peu de misère. Martin Goyette a accepté de rester un peu plus tard un soir pour me laisser me reposer. J'ai vraiment noué plusieurs amitiés. »

Avec toute cette fatigue, Tim est très fier de ne pas avoir massacré les paroles de Marie-Stone, la toute première chanson en français qu'il chantait publiquement de toute sa vie. « C'était ma façon de donner un coup de chapeau à Éric Lapointe. »

« J'ai toujours eu de la difficulté à retenir les paroles, même en anglais, parce que je me laisse trop porter par le feeling de la chanson, je suis trop dans le moment. C'était encore plus difficile avec un texte en français. »

Non pas que le répertoire francophone ne l'ait jamais intimidé (quoique peut-être inconsciemment, dit-il après coup). « Mais il y a toujours eu tellement de chansons en anglais que je rêvais de chanter un jour que l'occasion ne s'est jamais présentée. »

Au Sherblues avec Martin

Qu'est-ce qui attend maintenant Tim après La voix? Beaucoup de repos, quelques spectacles (notamment l'été prochain au Caffuccino Jacques-Cartier, au ShazamFest et au Sherblues & Folk, le 9 juillet, alors qu'il donnera un spectacle avec, en première partie, son ami Martin Goyette) ainsi que la fin de la réalisation de son album solo, qu'il espère lancer l'été prochain. En fait, le projet était en cours depuis déjà plusieurs mois avant que La voix ne force Tim à le mettre temporairement sur la glace. Le chanteur produit l'album lui-même et a eu recours au sociofinancement, via la plateforme Kickstarter. Ceux qui l'ont appuyé attendent impatiemment leur exemplaire.

« Ce sera un album folk, soul et rock. C'est beaucoup plus organique que Pete Moss. J'ai même mis du violoncelle! J'ai écrit les chansons et c'est François Poirier, un gars qui a son studio non loin de Victoriaville, qui a réalisé. Je m'inspire beaucoup de Joel Plaskett, Tragically Hip et Damien Rice. »

Pour l'instant, Tim Brink n'a pas l'intention de quitter son emploi de gérant au restaurant Shalimar de Lennoxville. « Mais j'ai reçu des offres. Je ne peux en parler pour le moment, mais il y a de belles choses qui s'en viennent. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer