Le temps paysagé d'Hélène Dorion

Hélène Dorion lance ces jours-ci un tout nouveau... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Hélène Dorion lance ces jours-ci un tout nouveau livre, Le temps du paysage, dans lequel la poésie du récit se conjugue à la beauté des images qu'elle a croquées en Italie.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

Hélène Dorion a publié plus de 30 ouvrages, déjà. Récits, poésie, essais et album jeunesse ont jalonné son parcours d'écrivaine plusieurs fois récompensée de prix prestigieux. Elle lance ces jours-ci un tout nouveau livre, Le temps du paysage (Druide), dans lequel la poésie du récit se conjugue à la beauté des images qu'elle a croquées en Italie, lors d'une résidence d'écriture. Ce maillage des mots et des photos est une belle première pour celle qui a trouvé dans le coin d'Orford qu'elle habite un horizon vaste, une lumière sans pareille et un havre pour se déposer. Conversation à propos du temps précieux qui nous est imparti, du temps nuageux qu'entraîne la mort, du temps heureux que ramènent la vie, l'amour et la beauté.

Q Le temps du paysage, quel est-il?

R C'est celui des saisons qui passent et, comme je l'écris, c'est celui de la mort dont on ne sait rien, de la beauté dont on sait si peu et de l'amour dont on voudrait tout savoir. La mort, la beauté et l'amour sont les trois assises de mon livre. Et la nature y est une interlocutrice en même temps qu'un miroir intérieur. Elle nous dévoile beaucoup de choses si on s'y arrête. Le paysage est vraiment un révélateur de notre espace intérieur.

Q Vous faites de la photographie depuis longtemps, mais c'est la première fois que vous glissez ainsi vos clichés dans un livre. Pourquoi?

R La beauté des paysages, je ne voulais pas avoir à la décrire. Je souhaitais la dévoiler. Les photographies permettaient ça. Chacune voisine un texte et installe un dialogue avec celui-ci. Jamais elle n'illustre le texte, cependant. Et jamais non plus le texte ne décrit la photo. Il y a entre les deux une conversation. Pour celui qui tourne les pages, c'est une expérience sensorielle, je pense. C'est comme ça que j'ai bâti le livre. Ça donne un récit méditatif. Il y a une histoire, mais chacun peut retourner la terre de ses propres souvenirs, chacun peut revenir à sa propre relation avec l'amour et la beauté qui nous entoure, qui nous rappelle la nécessité de l'art dans nos vies. Cette beauté-là est réparatrice.

Q Dans votre précédent livre, Recommencements, il était question de la mort de la mère. Dans celui-ci, c'est la mort du père qui occupe une tranche du récit. On sent un écho en même temps qu'une expérience complètement différente.

R La mort de ma mère était une immense vague qui déferlait. Celle de mon père m'a amenée ailleurs, dans l'accompagnement, à ce moment où les amarres cèdent. Dans cette zone de brouillard et d'inconfort qui marque une transition. J'avais avec mon père un lien fort. Il représentait le rapport au monde extérieur, l'apprentissage, le savoir. Cette curiosité qu'il avait, il me l'a passée.

Q Le brouillard est d'ailleurs très présent dans les images du début, mais il s'éclaircit au fil des pages qu'on tourne...

R Le brouillard est pesant, dans nos vies comme en nature. Quand il est là, il embrume les contours du chemin, on a l'impression que jamais il ne va se dissiper. Et puis soudain, il devient léger, il se met à fondre et devant nous, l'horizon se dévoile à nouveau.

Q Se laisser gagner par la beauté du paysage commande un temps de contemplation. À l'heure de l'omniprésence des téléphones intelligents, avez-vous l'impression qu'on passe un peu à côté?

R Le faux temps avale le temps réel parce que nos vies se passent dans l'agitation alors qu'on a ce besoin fondamental de moments d'arrêt. Il faut se donner du temps « de rien », du temps d'apaisement pour se poser et se déposer. Parce que rien ne peut venir quand on est toujours en mouvement. La technologie est un moyen, pas une fin. Lorsqu'elle nous aspire, elle nous déconnecte de nous-mêmes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer