• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Le Carré 150 décoré d'un lustre de 184 kilos 

Le Carré 150 décoré d'un lustre de 184 kilos

L'artiste québécoise Claudie Gagnon créera un lustre de... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

L'artiste québécoise Claudie Gagnon créera un lustre de 184 kg qui ornera le Carré 150. Elle est accompagnée de la directrice générale du centre culturel, Roxanne Genest.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Après un peu plus d'une année de recherche et d'analyses, ce sera finalement un lustre de 184 kilogrammes qui ornera le Carré 150 à compter de la fin de l'été.

Le conseil d'administration de Diffusion momentum a choisi l'oeuvre proposée par l'artiste québécoise Claudie Gagnon afin de répondre aux exigences du Programme d'intégration des arts à l'architecture, un incontournable pour tous bâtiments construits à l'aide de financement public.

Pour une somme de 137 000 $, soit moins d'un pour cent du coût de construction de l'édifice de la rue Notre-Dame, l'artiste interdisciplinaire créera une oeuvre décorative composée d'entre 15 000 et 20 000 lentilles de lunettes usagées. Le lustre mesurera un plus de dix mètres de haut et aura un rayon de 2,4 mètres.

« L'artiste propose une oeuvre qui s'insère admirablement dans le concept architectural du nouveau bâtiment, puisqu'elle rejoint les préoccupations qu'avait exprimées l'architecte quant à la luminosité et la transparence du lieu. L'artiste propose de surcroît une oeuvre composée en majeure partie de matériaux recyclés, tant pour poursuivre sa propre démarche d'artiste que pour souligner les valeurs environnementales si chères à la Ville de Victoriaville », souligne le président de Diffusion momentum, Guy Aubert.

Les milliers de lentilles feront réfléchir la lumière du soleil comme autant de petits miroirs, créant une oeuvre appelée à évoluer au rythme des heures, des saisons et des courants d'air provoqué par la circulation des visiteurs.

Une oeuvre participative

Le projet de Mme Gagnon se démarque notamment par le fait que toute la population est appelée à y contribuer en disposant de leurs verres usagers chez Diffusion momentum. À ce jour, on a recueilli environ 5000 lentilles, soit environ le tiers de l'objectif. La collecte aura lieu jusqu'au mois de mai.

« Tout le monde a une paire de lunettes qui traîne dans son tiroir. Ce sera une façon pour les gens de laisser leur trace au sein du Carré 150. Ce sera une belle façon d'animer le sentiment d'appartenance existant entre les gens et le lieu de diffusion », estime l'artiste, pour qui il s'agira d'une première oeuvre participative de cette envergure.

Cette dernière s'est réjouie d'avoir obtenu l'aval d'un jury ouvert d'esprit. Elle sait pertinemment qu'il s'agit d'un projet ambitieux, mais a prévu une solution de rechange au cas où les lunettes usagées n'afflueraient pas en assez grand nombre.

La confection de l'oeuvre a commencé au cours des dernières semaines dans un atelier de Québec. Elle sera suspendue au plafond du Carré 150 au cours du mois d'août et son inauguration est prévue pour le 1er septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer