• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Fanny Bloom : la confiance pour revenir au début 

Fanny Bloom : la confiance pour revenir au début

« Je ne crois pas que j'aurais été... (Archives, La Presse)

Agrandir

« Je ne crois pas que j'aurais été à l'aise de sortir un album comme celui-là il y a cinq ans, disons. J'ai beaucoup joué dans les dernières années, j'ai donc beaucoup gagné en confiance! » explique Fanny Bloom à propos de son nouvel album, Solo, qui sera chez les disquaires dès le 25 mars.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Fanny Bloom en a fait, du chemin, depuis qu'elle a remporté la finale locale puis régionale de Cégeps en spectacle en 2005. Mais l'ancienne étudiante du Cégep de Sherbrooke, qui se produisait alors sous son véritable nom de Fanny Grosjean, effectue, avec son nouvel album Solo, un retour à ses débuts, lorsqu'elle donnait des prestations seule avec son piano ou sa guitare. Ce troisième opus sera lancé le 25 mars, mais la chanteuse a déjà amorcé sa tournée, avec un passage à la Petite Boîte noire le vendredi 18 mars. Entretien avec une artiste qui, paradoxalement, dit avoir assez gagné en confiance pour revenir à ce qu'elle faisait avant.

De te retrouver seule au piano dans une musique plus dépouillée, est-ce le signe d'une plus grande assurance artistique?

J'imagine qu'on peut voir ça un peu comme ça. Je ne crois pas que j'aurais été à l'aise de sortir un album comme celui-là il y a cinq ans, disons. J'ai beaucoup joué dans les dernières années, j'ai donc beaucoup gagné en confiance!

Quels thèmes avais-tu envie d'aborder?

C'est un album un peu à part puisque je reprends mes chansons depuis la Patère rose, mais en versions piano. Il y a deux nouvelles chansons et deux reprises, Dis, quand reviendras-tu? de Barbara et Danse avec moi de Martine St-Clair. En gros, ce sont les mêmes thèmes : l'amour, la distance. La distance surtout. Et l'interdit.

Comment s'est faite la sélection des pièces?

J'y suis allée instinctivement, feeling, comme on dit. J'ai choisi celles qui allaient de soi pour moi. Celle que j'avais le plus envie de jouer.

Comment se déroule le passage sur scène? A-t-on droit à un spectacle beaucoup plus intime?

Oui, c'est beaucoup plus introspectif. On se l'imagine bien. Mais il y a un grand souci du détail avec un décor, des éclairages et une mise en scène aussi. Mais attention, ce n'est pas une pièce de théâtre non plus! Disons que c'est une proposition artistique.

As-tu l'impression qu'il te reste encore mille choses à explorer d'un point de vue musical et artistique?

Oh oui! bien sûr! Je crois que le jour où je ne sentirai plus l'envie d'explorer, je me retirerai.

Nerveuse de l'accueil qui sera réservé à ce nouvel album après le succès de Pan?

Je suis nerveuse parce que c'est très différent de ce que j'ai présenté depuis toujours au public depuis la Patère Rose. Par contre, la formule piano-voix, c'est la première formation que je connaisse aussi. C'est comme ça que j'ai commencé. Alors, c'est un très bon stress. Je suis confiante. J'ai aussi très hâte. J'espère que ça touchera les gens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer