La relâche dans les musées

Le Musée de la nature et des sciences... (Photo archives, La Tribune)

Agrandir

Le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke a préparé le menu le plus étoffé, avec des ateliers et activités tous les jours de la semaine.

Photo archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) Si le temps n'est pas de la partie pour la semaine de relâche, les jeunes auront plusieurs solutions de rechange. Notamment les trois principaux musées sherbrookois, qui offrent tous une programmation spéciale.

Le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke a préparé le menu le plus étoffé, avec des ateliers et activités tous les jours de la semaine. Ça commence le lundi 29 février en après-midi par des présentations sur tout ce qui touche la science, de l'astronomie aux mathématiques, et ça se termine le vendredi 4 mars par un quiz sur les animaux, en présence de spécimens vivants. Chimie des matériaux, expériences avec de la glace sèche et séances de toucher de serpents, lézards, mygales et scorpions sont aussi prévues les autres jours de la semaine, en plus des expositions temporaires et permanentes.

Au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, il y aura visites et ateliers de 90 minutes les 2 et 3 mars, à 10 h et 13 h 30. L'artiste Louisette Gauthier-Mitchell, dont les oeuvres sont exposées en ce moment, sera présente le 2 mars. Inspirés par des techniques utilisées par l'artiste, les ateliers mettront l'accent sur l'utilisation de techniques comme le dessin, la surimpression, le camouflage, l'effacement, le grattage et le masquage. Âge suggéré : 5 à 10 ans.

Le 3 mars, ce sont plutôt des techniques de sculptures prisées par le défunt guide et artiste Réal Bergeron dont les oeuvres sont aussi exposées, qui seront à l'honneur. Âge suggéré : 7 à 77 ans.

Finalement, la Société d'histoire de Sherbrooke présente depuis jeudi l'exposition Histoire de coupe, qui propose un historique de la coupe Stanley, présente les dynasties et s'attarde au grand Maurice Richard. Le premier masque porté par Jacques Plante et un chandail d'Howie Morenz sont de la partie. À noter toutefois que certaines pièces venues du Temple de la renommée du hockey, soit les trophées Georges-Vézina (meilleur gardien) et Maurice-Richard (meilleur compteur), ne seront là que jusqu'au lundi 29.

Tous les détails se retrouvent sur les sites internet des trois musées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer