Patricio Henriquez présidera le jury

Le nouveau président du jury du Festival Cinéma... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Le nouveau président du jury du Festival Cinéma du monde de Sherbrooke, le documentariste Patricio Henriquez (au centre), est entouré d'une poignée de ses collègues : Charles Fournier, responsable de la programmation socioculturelle du Tremplin 16-30, Daniel Gaudreau, réalisateur et superviseur d'effets visuels, Lise Bellehumeur, chef de l'Orchestre du septième art, et Sylvie L. Bergeron, présidente du Conseil de la culture de l'Estrie.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(SHERBROOKE) La planète, Patricio Henriquez connaît bien. Voilà plus de 30 ans que le réalisateur d'origine chilienne, qui a fui la dictature de Pinochet après le coup d'État de 1973, y consacre sa cinématographie documentaire, la plupart du temps sous l'angle des droits de l'homme. Parmi ses oeuvres phares, Images d'une dictature (Prix Jutra 2000 du meilleur documentaire québécois), Vous n'aimez pas la vérité, 4 jours à Guantanamo (Prix spécial du jury au Festival international du documentaire d'Amsterdam en 2010) et Ouïghours, prisonniers de l'absurde.

e choisir comme président du jury du 3e Festival Cinéma du monde de Sherbrooke (FCMS), qui aura lieu du 5 au 10 avril, allait donc presque de soi. Mais pour celui qui fut un des artisans de l'émission Nord-Sud, diffusée pendant treize ans à Radio-Québec, et de la série documentaire Extremis, qui s'est fait remarquer à la même chaîne au début des années 2000, cela reste avant tout un grand honneur et un grand plaisir.

« J'ai été invité ici l'an dernier pour présenter un documentaire et j'ai été renversé par la qualité du festival, tant par son accueil que par son pouvoir de convocation. Il y avait des files partout! Mon film était présenté dans la toute dernière salle et je pensais qu'elle serait vide... Mais non : je suis arrivé dans une salle pleine! J'ai compris qu'il y avait à Sherbrooke un public non seulement intéressé par le cinéma, mais ouvert sur le monde. »

Village planétaire

En fait, c'est grâce à son bon ami Daniel Bertolino, fondateur des productions Via le monde et membre du comité de programmation du FCMS, que Patricio Henriquez a été mis en contact avec l'organisation sherbrookoise et pressenti comme président du jury de la compétition internationale. « Sans Daniel, qui m'a ouvert les portes peu après mon arrivée au Québec, je ferais n'importe quel autre métier sauf cinéaste. »

Citant Marshall McLuhan, ce théoricien de la communication qui a prédit le village planétaire, Patricio Henriquez estime que l'intellectuel s'est simplement trompé sur la façon. « McLuhan pensait que cela produirait le jour où nous aurions des appareils permettent une communication instantanée, mais je trouve que c'est davantage le cinéma qui, aujourd'hui, nous permet de devenir le voisin de celui qui habite tellement loin. Grâce aux festivals de cinéma, nous devenons tous des voisins les uns des autres. »

Patricio Henriquez présidera, avec quatre autres personnes, le jury de la compétition internationale, mais encore cette année, l'événement comportera aussi un volet régional de compétition de courts métrages.

Parmi les lieux de diffusion cette année, la salle Alfred-DesRochers du Cégep de Sherbrooke, le Parvis et le Théâtre Granada prendront la relève de l'Université Bishop' s et du Musée de la nature et des sciences. Le Tremplin et le Centre culturel de l'Université de Sherbrooke ont à nouveau répondu présents cette année.

La programmation complète du festival sera dévoilée le 16 mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer