• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Réédition du disque À l'abri de la tempête 

Réédition du disque À l'abri de la tempête

Jim et Bertrand à l'époque du Festival des... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Jim et Bertrand à l'époque du Festival des Cantons en 1977, deux ans avant la sortie de l'opus À l'abri de la tempête.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(SHERBROOKE) Le disque À l'abri de la tempête, de Jim et Bertrand, sera réédité sur disque compact ce printemps, probablement en avril, sous l'étiquette d'Audiogram. Lancé en 1979, l'opus du duo sherbrookois était pratiquement introuvable puisqu'il n'existait qu'en vinyle et en cassette. C'est la maison Kébec Disc qui, à l'époque, chapeautait le catalogue musical des deux Estriens, mais elle a cessé ses opérations en 1982, après le décès tragique de son président, Gilles Talbot, dans un accident d'avion.

« On pensait avoir perdu les bandes analogues. C'est le dernier album qu'on a fait, on a arrêté de jouer et de tourner ensemble ensuite », se souvient Jim Corcoran, qui a fait chemin musical avec Bertrand Gosselin pendant sept ans et demi.

C'est une boîte retrouvée il y a cinq ans qui a permis de remettre la main sur les précieux enregistrements sonores.

« Ce n'était pas clairement identifié, mais en voyant des titres, j'ai réalisé qu'il s'agissait du disque. Je suis allé dans un centre spécialisé en transfert sonore pour voir si le ruban était utilisable. »

Les nouvelles étaient plus que bonnes : le son était impeccable.

« J'étais très heureux de constater qu'on y entend toute la chaleur du studio. Avec Bertrand et Audiogram, on s'est dit qu'il fallait qu'on le sorte. Mais ce n'est pas la nostalgie qui me motive, là-dedans. C'est davantage l'envie de témoigner de ce qui a été, de fournir des éléments d'archives, en quelque sorte. »

Plus introspectif que le disque La tête en gigue (réédité sur CD en 1999, toujours chez Audiogram), À l'abri de la tempête contient 12 titres.

« En l'écoutant, on sent l'époque, cette grande liberté qu'on avait. On n'était pas coincé par l'obligation des formats radiophoniques. On faisait beaucoup de spectacles, on jouait sans cesse avant d'endisquer. Ça paraît. Quand on arrivait en studio, on maîtrisait vraiment les chansons. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer