Parfaite poésie d'Anne Hébert

Accompagnées de la pianiste Ariane DesLions, Anne Dansereau... (Spectre média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Accompagnées de la pianiste Ariane DesLions, Anne Dansereau et Lysanne Gallant proposent au gré de leur sélection et leur lecture de textes un très agréable voyage hommage à Anne Hébert : une vie en poésie.

Spectre média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) CRITIQUE/ Il existe probablement autant de façons d'entrer en contact avec Anne Hébert que l'on dénombre d'écrits de l'auteure québécoise qui aurait souligné cette année son centième anniversaire. La poète, dramaturge, scénariste et poètesse étant décédée à 83 ans en janvier 2000, ce sera au public de la célébrer, de la redécouvrir, de la découvrir peut-être même, et aussi bien le faire entre autres par l'entremise d'Anne Hébert : une vie en poésie, présenté en grande première dimanche au Parvis.

Il s'agit, nous dit-on, d'une mise en lecture de quelques textes d'Anne Hébert sélectionnés et livrés sur scène par Lysanne Gallant et Anne Dansereau, accompagnées tout au long de cette heure de spectacle de la pianiste Ariane DesLions.

En vérité, parlons plutôt d'un merveilleux voyage hommage au coeur de la vie et de l'oeuvre d'Anne Hébert. D'un voyage pensé et élaboré par deux femmes de théâtre et de mots dont on oublie trop fréquemment l'immense talent, mis ici intensément en lumière dans l'absence de costumes et de décors.

Gallant et Dansereau sont justes, généreuses et complices dans la légèreté de certains textes comme Poème pour maman ou Danse, mais aussi dans la douleur et la solitude de quelques extraits du Tombeau des rois ou Dans la sagesse m'a rompu les bras récité à deux voix, bien qu'elles n'en faisaient qu'une.

On pourrait ainsi saluer en trois volumes la performance de Gallant et Dansereau, mais il ne faudrait jamais passer sous silence non plus la finesse de la pianiste Ariane DesLions, en complète harmonie avec ses deux aînées. Et comment ne pas se demander, en l'écoutant mettre en musique et en chanson Le Carroussel, quand enfin quelques voix féminines rendront à Anne Hébert le même hommage que l'ont fait ces messieurs avec Gaston Miron?

D'ici là, Anne Hébert : une vie en poésie s'avère une entrée en matière accessible pour les non-initiés à qui on a évité l'écueil de certains textes plus difficiles tout en parsemant adroitement sa biographie, douce encore pour les amoureux nombreux de l'auteure dont on entend trop rarement la poésie livrée ainsi.

Il ne reste à espérer que le spectacle trouvera sa voie dans les différentes célébrations qui auront lieu en 2016, en Estrie comme ailleurs, pourquoi pas, et que l'on peaufinera d'ici là les projections visuelles sur grand écran, seul bémol à un spectacle sinon parfait en tous points.

Partager

À lire aussi

  • Anne Hébert en poésie

    Arts

    Anne Hébert en poésie

    Si elle vivait encore aujourd'hui, Anne Hébert écrirait-elle toujours de la poésie? Il y a fort à parier, vous répondrait la comédienne et metteure... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer