Les contes d'hier au goût d'aujourd'hui

La conteuse Stéphanie Bénéteau transportera le public dans... (David Babcock)

Agrandir

La conteuse Stéphanie Bénéteau transportera le public dans l'histoire de Tristan et Iseult lors de son passage au Réfectoire du Centre d'art de Richmond, le 19 février prochain.

David Babcock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Montambeault
La Tribune

(RICHMOND) Chaque mois, le Centre d'art de Richmond présente un nouveau conte au Réfectoire, cette petite salle de spectacle chaleureuse et intimiste. Le vendredi 19 février prochain, ce sera au tour de la conteuse Stéphanie Bénéteau de tenter de charmer le public avec sa version de l'un des récits d'amour les plus célèbres du monde, celui de Tristan et Iseult.

Née en Italie d'un père franco-ontarien et d'une mère américaine, Stéphanie Bénéteau dit avoir toujours aimé les contes. Mais ce n'est qu'au début de la vingtaine qu'elle a découvert qu'elle pouvait faire de sa passion un véritable métier. Depuis, elle se consacre aux grands récits de la tradition mondiale, qu'elle raconte dans les festivals, les bibliothèques, les écoles et les salles de spectacles.

« Encore aujourd'hui, j'aime raconter des histoires, mais j'aime aussi les écouter! s'exclame-t-elle. Dès que quelqu'un prononce les mots il était une fois, je suis captivée. »

Aujourd'hui, celle qui a présenté plus de 1000 spectacles au Québec, en Ontario, en France et en Allemagne au cours de sa carrière continue de voyager, cette fois pour relater la légende de Tristan et d'Iseult.

« La première fois que j'ai entendu cette histoire, elle m'a tout simplement bouleversée », confie Mme Bénéteau.

Selon elle, cette épopée médiévale combine le meilleur des récits d'aventures et des grandes histoires d'amour, et c'est pourquoi elle a survécu à l'épreuve du temps.

Le mythe des amants de Bretagne a été réinventé mille et une fois au fil des siècles, que ce soit par écrit, au cinéma, au théâtre ou à l'opéra. Dans son spectacle, Stéphanie Bénéteau souhaite revenir à l'origine de cette histoire, celle de la tradition orale.

« Je ne livre pas une version littéraire, explique-t-elle. Les images sont créées dans l'imaginaire des gens qui m'écoutent. »

Pour se faire, la conteuse adopte un style poétique et expressif. « Je parle directement au public, et je suis très réceptive à ses réactions », ajoute-t-elle.

Préserver l'héritage culturel

Pour Mme Bénéteau, les contes représentent non seulement de bons divertissements, mais constituent également un aspect important du patrimoine culturel d'une société. D'ailleurs, elle dit remarquer un engouement marqué pour le conte au Québec, comparativement au Canada anglais, par exemple. « Je pense qu'au Québec, les gens ont un intérêt particulier pour le conte, peut-être parce qu'ils sont davantage sensibilisés au fait de préserver leur culture et leur

langue », avance-t-elle.

Tout en continuant de présenter la légende tragique de Tristan et Iseult, Stéphanie Bénéteau travaille aussi à la conception de son nouveau spectacle, Les deux épées du roi Arthur, dont la première aura lieu le 17 mars à la Maison de la culture Côte-des-Neiges de Montréal.

Vous voulez y aller

Tristan et Iseult

Stéphanie Bénéteau

Vendredi 19 février, 20 h

Centre d'art de Richmond

Entrée : 12,50 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer